Le monde du fleuve, tome 1 - Philip José Farmer

Publié le par AU DETOUR D'UN LIVRE-LITTERATURE

Le monde du fleuve, tome 1 - Philip José Farmer

Résumé :

Le jour du grand cri, tous les humains qui avaient jamais vécu se réveillèrent, nus, sur les rives d'un fleuve immense, le Fleuve de l'éternité. Trente ou quarante milliards, issus de toutes les époques et de toutes les cultures, chacun parlant sa langue, chacun ayant sa conception de l'au-delà, et immensément surpris de se retrouver vivants. Parmi eux, des ressuscités célèbres en leur temps, l'explorateur Richard Burton, Som Clemens, alias Mark Twain, Jean sans Terre, Hélène de Troie, Cyrano de Bergerac, Mozart, Ulysse. Et tous les autres. Tous se demandent qui a construit ce monde impossible, qui les a ramenés à la vie. Et pourquoi ?
 

---------------

Titre : Le monde du Fleuve - Le fleuve de l'éternité, tome 1

Auteur : Philipe José Farmer
Nombre de pages : 346
Edition : Le livre de Poche
Date de parution : 1992

Prix : 6.10 euros (poche)

---------------

Avis / Critique :

Philip José Farmer est sans contexte l'un des plus grands et des plus prolifiques écrivains de science-fiction du 20ème siècle. Avec la saga du Monde du Fleuve, il signe une épopée étrange et s'interroge sur l'au-delà en apportant à son tour sa pierre à l'édifice.

Il choisit ici comme principal protagoniste de son histoire, Richard Burton, l'explorateur du 19ème siècle qui se réveille, nu, chauve, jeune, dans une sorte d'immense salle où des millions d'individus se trouvent également. Que fait-il là, accroché à ce cylindre ?  La réponse lui vient quelques minutes plus tard quand il se retrouve propulsé dans un jardin aux allures de jardin d'Eden traversé en son milieu par un fleuve, le fleuve d'Eternité. Ils sont des milliards à revivre, des milliards issus de générations ancestrales, d'antiques égyptiens, romains, étrusques, avec tous un langage différend. C'est une nouvelle terre.

Qui mieux que lui, pour explorer ce nouveau monde ?  Très vite, autour de lui, se monte un petit groupe dont un extra-terrestre et un homme de Néandertal. A eux tous, ils vont devoir se réunir en clan, réapprendre à fabriquer des armes, des huttes, des canots. Bref, à redessiner un semblant de civilisation. Mais, ceux qui les ont envoyés là n'ont-ils pas un autre dessein ? Pourquoi ces gommes à mâcher qui rendent les gens fous et leur enlève tout sens moral ? D'où viennent la nourriture, les vêtements qui leur sont fournis à heure fixe dans leur Graal ?

Sous couvert de renaissance, Philip José Farmer explore son hypothèse : comment agirait l'homme s'il lui était donné une seconde chance dans un monde dénué de technologie, entièrement brassé dans sa nouvelle civilisation ? Reproduirait-il ses erreurs ou en profiterait-il pour se modifier et réparer, aider ceux qui dans l'autre vie, il avait offensé, vilipendé, tuer même?

L'homme est-il prêt à se remettre en question ou n'est-il en définitive qu'un animal dont les besoins personnels prédominent sur tout le reste ?

 

Philip José Farmer nous offre avec Le Monde du Fleuve, une aventure mâtinée de mystère qui se centre sur cette fameuse résurrection, les suivantes (car après chaque mort, l'être revit). Porté par le personnage de Richard Burton, le lecteur côtoiera notamment Goering pris dans un examen de conscience au fur et à mesure de ses renaissances.

Premier livre d'une saga en 5 tomes, celui-là est intéressant dans son approche de la seconde chance donné par des êtres  qui ont en ligne de mire un but précis. Oui, mais lequel ?

Parfois ponctué par une écriture un peu plus lente, certains passages sont un peu redondants, mais le tout est assez agréable à lire et ponctués de détails sur les personnages du livre, ce qui les rend attachants.

Une bonne idée. A voir si elle est poursuivie dans les autres tomes de la saga.

A noter qu'un téléfilm a été réalisé avec un scénario inspiré du Monde du Fleuve, "Riverworld"

----------

Extrait :

Il avait été ressuscité quelque part sur la rive du Fleuve, en compagnie de 90% environ d'Anglais et d'Ecossais du 14ème siècle, le reste consistant surtout en Sybarites de l'Antiquité. Sur la rive opposé du Fleuve, il y avait un mélange de Mongols de l'époque de Kublaï-Khân et d'une peuplade à la peau foncée que Greystock avait été incapable d'identifier. D'après sa description, il s'agissait sans doute d'Indiens d'Amérique du Nord.

Le 19ème jour après la Résurrection, les sauvages avaient traversé le Fleuve. Apparemment, ils n'avaient pas d'autre raison d'attaquer que la perspective d'un bon combat, ce en quoi ils ne furent pas déçus. Les seules armes étaient les bambous et les graals, car cette région était très pauvre en silex. John de Greystock avait terrassé dix Mongols avec son graal avant d'être lui-même assommé par une grosse pierre et transpercé par la pointe durcie au feu d'un javelot de bambou. Il s'était réveillé nu, muni de son seul graal - ou bien d'un autre - près de ce rocher en forme de champignon.

Le deuxième homme expliqua par gestes ce qui lui était arrivé. Il était en train de pêcher au milieu du Fleuve quand sa ligne avait été soudain attirée vers le fond par quelque chose de si puissant qu'il avait été lui aussi entraîné dans l'eau. En remontant à la surface, il avait bêtement heurté le fond de sa barque et s'était noyé.

Tags : Philip José Farmer, Le monde du Fleuve, Le fleuve de l'éternité, Riverworld, Richard Burton, science-fiction, résurrection, John de Greystock, graal, Kublaï Khan, vie après la mort, livres, romans, gratuits, télécharger, epub, pdf, ebooks

Vous lisez beaucoup ?
Rendez vos lectures moins onéreuses en profitant des avantages
de la Kindle et d'amazon premium et empruntez des milliers de livres gratuitement.

        

Publié dans Science-fiction

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article