L'hôpital en danger, de Véronique Vasseur

Publié le par AU DETOUR D'UN LIVRE-LITTERATURE

L'hôpital en danger, de Véronique Vasseur

Résumé :

Après le choc provoqué par son témoignage sur les prisons, Véronique Vasseur se penche sur un autre sujet brûlant l'hôpital. Elle décrit dans son carnet le quotidien d'un service de médecine interne. L'hôpital est un reflet des maux de la société : précarité croissante, personnes âgées délaissées, services sociaux insuffisants, patients profiteurs... Auxquels s'ajoutent un manque de moyens et un personnel pas toujours à la hauteur. Dans ce témoignage sans langue de bois, le médecin donne l'alerte, tout en soulignant l'humanité, le courage et le dévouement du corps médical.

-----------------

Auteur : Véronique Vasseur
Nombre de pages : 189
Editeur : J'ai Lu
Collection : J'ai Lu Récit
Date de parution : 11 mai 2006
Prix :  17.30 euros (Broché) - 5.70 euros (poche) - 0.26 euros (occasion)

 

------

Avis / Critique :

Après s'être attaquée à la prison avec son premier ouvrage, Véronique Vasseur en arrivant à l'hôpital Saint-Antoine en 2002, n'a pas pu s'empêcher de reprendre le stylo pour raconter les dysfonctionnements auxquels elle a pu assister. Et ce qui est malheureux, c'est de se dire en la lisant que 14 ans plus tard, rien n'a changé, bien au contraire, le gouffre s'est agrandi. Manque de matériel, de moyen, de personnel.

C'est aussi des patients qui, abandonnés par leur famille se retrouvent à l'hôpital et y demeurent, pour certains, plus longtemps qu'ils ne le devraient. Patients malades psychiquement, personnes âgées en dénutrition et déshydraté, sdf,  alcooliques, etc.

C'est également l'abnégation d'un personnel soignant, harassé de fatigues, croulant sous les heures de présence, tentant tant bien que mal de faire de leur mieux pour garder le sourire quand parfois, leurs collègues les harangues, les patients les insultent, passant des heures et des heures à chercher des solutions quand les familles abandonnent leur "petite vieille", "petit vieux" pour placer ceux-ci dans des institutions, des structures d'accueil, leur apporter des soutiens psychologiques.

Déjà en 2002, l'hôpital manquait cruellement de lits, des ascenseurs tombaient en panne, obligeant le personnel soignant de fermer des salles entières, des examens qui doivent attendre parfois des semaines pour se faire, remettant en cause des diagnostics, car la maladie, elle, n'attend pas.

Dans le livre de Véronique Vasseur, ce sont des histoires humaines terribles qui nous sont racontées, mais aussi d'autres, plus tendres. C'est la confrontation permanente à la mort, au soin palliatif, à l'acharnement thérapeutique...

Ce sont les pleurs des infirmières, des rires, du stress, des coups-bas, des comportements qui finissent par devenir machinal afin de se blinder pour ne pas craquer.

C'est tout cela que nous raconte Véronique Vasseur dans un livre, où en le lisant, le lecteur aura l'impression qu'elle n'a de cesse de montrer les mauvais côtés, de pester contre les patients, de se lamenter, mais en même temps, ne doit-on pas en passer par là, pour tenter de remettre les compteurs à l'heure, de montrer la vision de l'intérieur, et de faire réfléchir tout à chacun sur un système de santé de plus en plus malmené, où on élimine des postes pour en mettre d'autres dans des administrations nouvellement créées (du type pôle d'agglomération) où l'argent s'éparpille.

Extrait :

Juillet 2003. Comme toujours à l'approche des vacances, les anciens atterissent aux urgences. Puis, inéluctablement chez nous. Un comportement qui révèle un état d'esprit particulier à l'égard des personnes âgées comme des cas individuels aussi douloureux qu'attristants.

-

A la visite, une femme de 86 ans, un peu démente et fatiguée, mais sans plus, a ni plus ni moins été déposée aux urgences par ses proches. Son fils est parti en vacances, et sa femme de ménage a fait de même. Elle se retrouve seule. Dès qu'on évoque devant elle un possible retour à la maison, elle nous fait une crise d'angoisse suivie d'un malaise. Encore faut-il pouvoir la placer quelque part.

Sa famille ? Elle s'en moque. Un proche légèrement plus jeune qu'elle, ne veut pas s'en encombrer. Quant au fils, il refuse d'écourter ses congés. Egoïsme à tous les étages. L'hôpital remplace les familles ingrates ! L'assistante sociale doit dénicher d'urgence une maison de repos pour la durée des vacances. A nous de nous débrouiller.

Une vieille dame asiatique, dans le coma, nous est envoyée par les urgences pour mourir dans une chambre, seule, et non sur un brancard au milieu des autres patients. Mauvaise prévision parce qu'elle sort du coma. Quand, ravie de sa résurrection, je téléphone à sa fille, celle-ci me répond :

- Ah bon, on croyait qu'elle allait mourir ! Mais qu'est-ce qu'on va faire ?

Une épouse, à qui on annonce le décès prévisible et proche de son mari, rétorque, de son côté :

- C'est horrible, je viens déjà de perdre mon chien.

Quant à une femme battue dont le mari a été hospitalisé, elle me supplie de l'achever, pour être sûre qu'il ne revienne jamais à la maison.

La noirceur humaine au quotidien.

*

Parfois, les patients âgés sont à peine dans leur chambre qu'on cherche déjà une structure, sachant fort bien, vu leur âge et leur manque d'autonomie, qu'ils ne rentreront vraissemblablement plus jamais chez eux. Parce qu'ils sont aveugles, incontinents, grabataires, dénutris, maltraités...bref, abandonnés.

- J'en accueille aujourd'hui une âgée de 92 ans. Elle somnole, dans le potage, mais réagit encore un peu. Sa famille, rassemblée à son chevet, me demande pourtant sans ambiguïté de "l'achever", insistant pour que je la mette sous morphine alors qu'elle ne souffre pas. Je refuse. Le fils, la belle-fille et les petits-enfants ne comprennent pas. Quand la patiente se réveille, sa belle-fille bougonne :

- Le mieux pour elle, c'était de partir.

Les autres de renchérir :

- Qu'est-ce qu'on va faire d'elle, elle n'a pas un sou.

Cette indifférence, je ne la comprend pas. La famille est plutôt chic, n'a pas l'air dans le besoin. Hélas, il ne s'agit pas d'un cas isolé.

Tags : L'hôpital en danger, Véronique Vasseur, hôpital saint-antoine, soins palliatifs, résumé, avis, critique, santé publique, personnes âgées, soins à l'hôpital, télécharger, gratuits, romans, livres, epub, mobi, pdf, médecine en souffrance, un médecin chef à la santé, medecin chef, santé, cinema, film, mathilde seigner

Vous lisez beaucoup ?
Rendez vos lectures moins onéreuses en profitant des avantages
de la Kindle et d'amazon premium et empruntez des milliers de livres gratuitement.

 

     

 

 

Publié dans Médecine

Commenter cet article