L'échiquier du Temple, de Jean-Luc Aubarbier

Publié le par AU DETOUR D'UN LIVRE-LITTERATURE

L'échiquier du Temple, de Jean-Luc Aubarbier

Résumé :
Un meurtre est commis sur un chantier de fouilles archéologiques, à Commarque, l’ancienne commanderie templière du Périgord. Pour l’archéologue Pierre Cavaignac, il n’y a pas de doute : le site recèle des secrets pour lesquels certains sont prêts à tout. Aidé de Marjolaine Karadec, avec laquelle il partage une fraternité initiatique, Cavaignac découvre un mystérieux artefact remontant au Temple de Salomon. L’objet les conduit de Jérusalem à New York, de Berlin à Rome, de l’Ordre du Temple aux égarements du régime nazi.

-------

Auteur : Jean-Louis Aubarbier
Nombre de pages : 276
Editeur : City Edition
Date de parution : 7 janvier 2015
Prix : 6.49 euros (epub) - 7.77 euros (poche)


------

Avis / Critique :
Pierre de Commarque a tout laissé derrière lui : femme, château, terre, rang. Il s'est engagé à la suite d'Hugues de Payns dans le nouvel ordre supervisé par Bertrand de Clairvaux, "Les chevaliers du Temple". Sur place, alors qu'il ne combat plus, une agate est découverte, sur laquelle des inscriptions sont façonnées. Dessus, le vrai nom de Dieu, imprononçable par l'homme et l'emplacement de l'Arche d'Alliance. Pierre part alors à la recherche du précieux trésor. Une fois le trésor trouvé, il faudra le placer sous la garde du futur empereur, celui qui sera amené à réconcilier les juifs, les chrétiens et les musulmans. Est-ce le jeune Frederick II ?

A notre époque, un archéologue de la région est employé par une fondation américaine pour mener des recherches dans le château de Commarque. La découverte de chandeliers sur lesquels sont gravés des signes vont l'amener lui et sa compagne, elle aussi archéologue, vers le secret de l'Arche d'alliance...mais autour d'eux, la mort vient semer sa zizanie.

Une aventure qui nous emmène sur les chemins de Jérusalem et du pays périgourdin, à travers les mystères de la Franc-maçonnerie, des Nazis, des Templiers et de la cour papale.
Le livre en lui-même est plutôt bon. Le lecteur a plaisir à le lire, surtout toute la partie qui a trait aux chevaliers du Temple et la fin, mais va sûrement se montrer frustré quant à ce qui touche à l'histoire qui se déroule en 2000. Le plus grand souci étant que les évènements se déroulent trop vite. Les deux archéologues, héros de l'histoire, passent d'une découverte à une autre, d'une région à une autre, d'une ville à une autre en quelques pages seulement, quand ce n'est pas en deux pages. Si cela ne choque pas la première fois que cela se produit, au bout de la quatrième, c'est lassant et cela diminue l'intérêt que peut avoir le lecteur pour l'intrigue.
A trop vouloir faire rebondir celle-ci, l'auteur prend des raccourcis qui enlève de la matière à l'ensemble. C'est bien dommage, car l'histoire est bien posée, intéressante, donne envie de découvrir les aventures de ces chevaliers- templiers et ces deux archéologues sur la trace du saint-suaire et de l'Arche d'alliance.
En accélérant trop le tempo, l'histoire perd  en efficacité.
J'ai eu cependant bien du plaisir à lire cet ouvrage si l'on enlève ces quelques problématiques de style. Problématique que l'on retrouve en général aux romans voulant un peu trop se rapprocher du Da Vinci Code (ce que Jean-Louis Aubadier revendique) et que même Dan Brown finit par user à la corde, notamment dans son opus "Inferno". A trop vouloir en faire, c'est le contraire de l'effet attendu qui se produit.
Demeure donc une histoire d'aventure pleine d'apports sur les chevaliers à Jérusalem, et sur le pays Périgourdin. Il ne lui manquait qu'un petit quelque chose de plus durable dans le temps pour faire de cet "Échiquier du Temple", un must du genre.

Extrait :

Commarque, le 11 septembre 2000

 

L’inspecteur Laborde examinait avec attention le corps d’André Noguères, allongé au pied du donjon. Écrasée, tordue, disloquée dans une position qui achevait d’enlever ce qui lui restait d’humanité, la dépouille de l’archéologue disait la violence du choc. Le policier leva la tête, examinant les créneaux à trente mètres au-dessus de lui, et la muraille seulement percée d’étroites meurtrières.

— Pas de doute, il n’a pu tomber que de là-haut, dit-il à Pierre, tétanisé auprès de lui, effondré après la macabre découverte.

Pierre était arrivé très tôt sur le chantier. Il avait donné rendez-vous à son second avant le début des travaux pour une explication nécessaire. La veille, ils s’étaient violemment affrontés, en venant presque aux mains. Pierre avait compris qu’André rendait des comptes dans son dos au directeur de la fondation. À chaque découverte, au moindre incident, Tennant était sur les lieux avant lui. Fou de colère, Pierre avait invectivé son adjoint devant les ouvriers. C’était son chantier et il entendait être le premier prévenu quand il arrivait quelque chose. Le matin, il avait garé son 4 X 4 à côté de la voiture de Noguères, mais l’homme 

n’était pas à l’intérieur. Il l’avait appelé, en vain. Son attention avait été attirée par un vol de corbeaux qui tournoyaient bas autour du château. Il avait escaladé les ruines et découvert le corps sans vie. Police, gendarmerie, ambulance étaient arrivées une demi-heure plus tard, en même temps que Marjolaine et les premiers employés.

— Je ne sais pas ce qu’il était monté faire. Nous devions nous retrouver à la cabane de chantier, dit Pierre en désignant du doigt l’Algeco qui faisait une tache blanche à travers les arbres.

— Ce n’est pas dans les escaliers qu’il a pu se mettre dans cet état, répondit Georges Laborde en montrant les vêtements du contremaître souillés de terre. Où travaillait-il ?

— Un peu partout. Nous avions interrompu les fouilles depuis la chute du mur.

— Votre chantier n’est pas un long fleuve tranquille. Après les sabotages et les fantômes, vous voilà avec un mort sur les bras.

Se sentant responsable, Pierre baissa le nez. Le policier retourna le corps, examina les bras dénudés, les mains noires de glaise.

— Étiez-vous en bons termes avec votre subordonné ?

— Oui, enfin, comme on doit l’être. On s’était un peu frictionnés hier. Tout devait être réglé ce matin. Noguères était un taiseux, un solitaire. Pourquoi cette question ?

— Il porte des traces de coups et des marques de défense, 

comme s’il s’était battu avant de tomber… ou d’être poussé.

— Vous pensez à… un meurtre ?

— Ça m’en a tout l’air. Je vais devoir interroger toutes les personnes travaillant ici.

Le policier, en proie à de sérieux doutes sur ce qu’il venait d’apprendre, gardait un air soupçonneux, se grattait la tête. Pierre se sentait perdu, presque accusé. Il laissait son regard errer, comme s’il cherchait une sortie. Il craignait les mâchoires impitoyables de la justice qui savaient si bien broyer les innocents. À ses côtés, Marjolaine était attentive au moindre détail. Un gendarme examinait les chaussures de la victime.

— Il faudrait découvrir où il est allé ramper pour se couvrir de boue comme ça.

— Ses souliers sont maculés de déjections de chauve-souris, fit remarquer le militaire. Ces vieux donjons en sont remplis.

Pierre et Marjolaine se regardèrent : il n’y avait pas de chiroptères dans les ruines. L’archéologue voulut le faire remarquer, mais, d’une pression de la main, la jeune femme l’en dissuada.

Escortée par les policiers, l’ambulance emporta le corps d’André Noguères. L’inspecteur Laborde avait laissé à Pierre une convocation en bonne et due forme pour le lendemain. Le site devait rester fermé, avec interdiction à quiconque de toucher au moindre caillou. Les ouvriers

avaient été renvoyés chez eux. Marjolaine trépignait d’impatience dans l’attente de se retrouver seule avec lui.

— Tu crois qu’il l’a fait ? dit-elle. Tu crois qu’il est entré dans le souterrain ?

— L’état de ses habits laisse peu de doute.

— Allons-y tout de suite ; il faut en avoir le cœur net.

— Tu as bien entendu Laborde : il a interdit toute investigation. Il a déjà l’air de vouloir m’embastiller. Je ne vais pas lui donner un bon prétexte pour le faire.

Bienvenue dans la boutique J'ai Lu

Découvrez le catalogue des éditions J'ai lu, acteur de référence sur le marché du livre de poche. Avec près de 5000 références en littérature, policier, humour, document, imaginaire, développement personnel, ésotérisme et romance, J'ai lu offre, à petit prix, le meilleur de chaque littérature.

 

Tags : L'échiquier du temple, Jean-Louis aubarbier, Chevaliers du temple, les templiers, enigme, histoire, l'Arche d'Alliance, Da Vinci Code, enigmes, ésotérisme, téléchargement, epub, romans gratuits, mobi, pdf, livres gratuits, franc-maçonnerie, franc-maçons, livre occasion, livres occasion, achat livres, livres numérique, livres numérique, livre en ligne, livres en ligne, ebook gratuit français, ebooks français, télécharger des livres gratuits, commander des livres, nouveauté livres, nouveauté livres, site de livres, site de livre, livres récents, livres récents, livres gratuits pour liseuse, bibliothèque numérique, livres de poche, livre de poche, boutique de livres, livres pas cher, meilleures ventes de livres, livres audio, tous les livres, livres achat en ligne,actualité du livre, roman sentimentaux, meilleurs romans policiers, téléchargement, télécharger, telecharger, #AuDetourDunLivre #Histoire #JeanLouisAubarbier #telecharger #ebooks #epub #mobi #critique #avis #telechargement #EbooksGratuits #AuDetourDunLivr #Polar #Thriller #Biographie

Publié dans Aventures

Commenter cet article