Décadence, de Michel Onfray

Publié le par AU DETOUR D'UN LIVRE-LITTERATURE

Décadence, de Michel Onfray

Résumé : Chacun connaît les pyramides égyptiennes, les temples grecs, le forum romain et convient que ces traces de civilisations mortes prouvent... que les civilisations meurent - donc qu'elles sont mortelles ! Notre civilisation judéo-chrétienne vieille de deux mille ans n'échappe pas à cette loi. Du concept de Jésus, annoncé dans l'Ancien Testament et progressivement nourri d'images par des siècles d'art chrétien, à Ben Laden qui déclare la guerre à mort à notre Occident épuisé, c'est la fresque épique de notre civilisation que je propose ici.


Auteur : Michel Onfray
Nombre de pages : 656
Edition : FLAMMARION
Collection : DOCS, TEMOIGNAG
Date de parution : 11 janvier 2017
Prix : 22.90€ (broché) - 14.99€ (epub, mobi) - 0€ (audiolibre)

Avis / Critique :

L'occident est-il en train de péricliter ? La fin de notre civilisation est-elle inéluctable ?
Toute civilisation a une fin. Oui, mais de laquelle Michel Onfray parle-t-il finalement ? De celle, judéo-chrétienne qui laisse peu à peu la place à une laïcité qui devient aussi radicale que le fut la civilisation chrétienne à ses prémices ? A un Islam aux relents de reconquête post-croisade moyenâgeuse, menée par une bande de fanatiques "post-descendants" des hashashyn ?

Pour mener son essai, Michel Onfray, qui ne porte pas la religion dans son coeur, dresse le portrait des débuts du Christianisme en passant le mythe de Jésus à la moulinette. Onfray démontre que celui qui sera affublé du terme de Christ n'a d'existence que dans une création spirituelle et non humaine. Il est bien évidemment difficile pour une vierge de donner naissance à un enfant comme il est difficile de situer un enfant dans une ville qui n'existera que deux cents ans plus tard...
Alors quid du christianisme ?
Cette nouvelle religion qui fait suite aux cultes des dieux, doit sa notoriété à ses diffuseurs dont l'un des principaux sera Paul de Thrace, homme belliqueux et misogyne s'il en était, masochiste de surcroit. Là où Onfray s'embrouille, c'est en ne se gardant pas d'affubler des sentiments à un homme qu'il n'a pas connu. Les propos d'Onfray ne sont donc que supputations et non vérité. Cela dit, à lire les fondements de la religion chrétienne (bien loin du message originel d'amour), qui pour se répandre n'hésite pas à ostraciser, réprimer (même parmi les siens, et surtout parmi les siens), à réécrire pour coller aux vues des empereurs et papes successifs, à tuer. La corrélation et le parallèle avec l'Islam (radical) n'en sont que plus troublants, surtout quand Onfray rappelle certains sourates et paroles de Mahomet. En fait, on prend les mêmes, on change les noms et on recommence, en installant une religion bis qui réitère les pratiques d'un monde barbare qui n'a plus à être. Les livres, les plaisirs, les pensées sont réprimés comme ils ont été réprimés dans le christianisme, non pas primaire, mais secondaire (à partir du concile de Nicée).
Michel Onfray nous offre un éclairage sur ce qui fut, sur ce qui est, et peut-être sur ce qui sera, en mettant l'accent sur l'enfouissement du message de respect, d'amour d'un homme (ou d'une entité, suivant les avis) que les autres hommes incultes ou orgueilleux ont tournés à leur avantage en faisant du concept de Dieu, non pas un dieu d'amour, mais bien belliqueux, vengeur et tueur, pervertissant le message de départ et laissant parler leurs instincts les plus primaires et destructeurs.

Le livre de Michel Onfray est donc plutôt à charge contre la chrétienté ou plutôt contre le catholicisme (sur lequel il se focalise)  tel qu'il s'est dessiné au fil des ans et des siècles. Il n'épargne en effet personne, occultant les personnalités qui ont su réconcilier la religion et le message d'origine, menant un procès à charge. Si le livre est partial, il n'en demeure pas moins qu'il rappelle ce qui fut les travers sanglants de deux mille ans d'une histoire religieuse dont il semble qu'un islam radical, (issu, rappelons-le d'un socle commun) a pris le relai.

Est-ce la religion qui a perverti l'homme ou l'homme qui a perverti la religion pour son compte afin d'asservir les autres ?
Telle est finalement la question de cet essai intéressant, mais dans lequel il vous faudra faire le tri pour en tirer vos propres conclusions.

A lire du même auteur : Penser l'Islam - La passion de la méchanceté - le crépuscule d'une idole

Extrait :

Paschase Radbert est aussi l’un des faussaires des décrétales qui apparaissent à la moitié du IXe siècle et qui sont un scandale considérable sur lequel se construit l’Église catholique, apostolique et romaine. Il s’agit en effet rien moins que de fabriquer des faux sur lesquels le droit canon prend appui. De faux actes du véritable concile de Chalcédoine qui a vraiment eu lieu en 451 sont ainsi créés ; de faux textes des vrais papes des trois premiers siècles de l’ère chrétienne sont également fabriqués de toutes pièces ; de faux comptes rendus de vrais conciles grecs, africains, gaulois et wisigothiques sont aussi bricolés ; une trentaine de lettres papales sont rédigées dans le même esprit…

Ces textes visaient à assurer l’immunité absolue aux évêques qu’on ne pouvait dès lors attaquer sans mériter la damnation éternelle. Ils justifient le verrouillage de toute instruction afin qu’un évêque ne soit jamais déféré devant un tribunal, mais que, au cas où la chose aurait tout de même lieu, il dispose de tous les moyens légaux pour échapper à la loi. Les faussaires souhaitent également régler le problème des rapports entre le Père et le Fils dans la Trinité, celui de l’inviolabilité des propriétés de l’évêque, mais également des aspects de la liturgie et des sacrements, dont le baptême – et l’eucharistie.

Ensuite, Ratramne de Corbie. Il naît vers l’an 800. Comme Paschase Radbert, il est lui aussi maître de l’école de Corbie où il fut l’élève du premier dès l’âge de vingt-cinq ans. À la demande de Charles II le Chauve, petit-fils de Charlemagne, roi de Francie et futur empereur d’Occident, fondateur de la féodalité, il rédige un traité théologique qui fait débat dans la chrétienté jusqu’au XIe siècle – sans parler de la suite, puisque ces pages inspirent Luther le moment venu. En 843, il publieTraité du corps et du sang de notre Seigneur qui propose une lecture métaphorique de la transsubstantiation. Il a également écrit un Traité de l’âme en 853, un Traité de la prédestination, un Traité de l’âme à Odon de Beauvais en 863, un Traité contre les objections des Grecs vers 868. Il meurt vers 870.

Quelle est la position officielle de l’Église sur le sujet de la transsubstantiation ? Elle a changé… D’abord, c’est-à-dire au IXe siècle, elle souscrit aux thèses de Ratramne : le corps et le sang du Christ se trouvent métaphoriquement dans l’hostie ; ensuite, autrement dit au synode de Latran en 1059, elle change d’avis et se range à l’avis de Paschase : le corps et le sang du Christ se trouvent réellement dans l’hostie. Changement de pied considérable, car il rend doctrinalement possible la Réforme quelques cinq siècles plus tard.

Qu’est-ce que la transsubstantiation ? L’idée que, quand le prêtre célèbre l’eucharistie, il obtient, par un performatif chrétien, que le pain de l’hostie et le vin dans le calice soient réellement, véritablement, le corps du Christ. Le pain est du pain, mais c’est aussi le corps du Christ ; le vin est du vin, mais c’est aussi le sang du Christ. Voilà qui, en philosophie rationnelle, nomme une contradiction : un atome de chair humaine ne saurait être en même temps un atome de pain ou de vin ; mais en philosophie chrétienne, c’est-à-dire en théologie, puisqu’on nie l’existence de l’atome, c’est possible.

Découvrez le catalogue des éditions J'ai lu, acteur de référence sur le marché du livre de poche. Avec près de 5000 références en littérature, policier, humour, document, imaginaire, développement personnel, ésotérisme et romance, J'ai lu offre, à petit prix, le meilleur de chaque littérature.

Bienvenue dans la boutique J'ai Lu

Bienvenue dans la boutique du Livre de Poche
 

 

Tags : Decadence, Michel Onfray, décadence, christianisme, islam, philosophie, philosophe, essai, document, jésus, christ, mahomet, avis, critique, essai, télécharger, ebook, epub, mobi, ebooks, pdf, gratuit, religion, extrait, université populaire, christianisme, islam radical, islam, concile de nicé, constantin, papes, vatican, religions, dogmes, livres, romans, trinité, Zemmour, billet, théologie, theologie, livre occasion, livres occasion, achat livres, livres numérique, livres numérique, livre en ligne, livres en ligne, ebook gratuit français, ebooks français, télécharger des livres gratuits, commander des livres, nouveauté livres, nouveauté livres, site de livres, site de livre, livres récents, livres récents, livres gratuits pour liseuse, bibliothèque numérique, livres de poche, livre de poche, boutique de livres, livres pas cher, meilleures ventes de livres, livres audio, tous les livres, livres achat en ligne,actualité du livre, roman sentimentaux, meilleurs romans policiers #AuDetourDunLivre #MichelOnfray #Decadence #telecharger #ebooks #epub #mobi #critique #avis #telechargement #EbooksGratuits #AuDetourDunLivr #Polar #Thriller #Biographie

 

Publié dans Philosophie, Essai

Commenter cet article

Angelilie 11/02/2017 14:51

beau blog. un plaisir de venir flâner sur vos pages. une découverte et un enchantement. au plaisir