Las Vegas Parano, de Hunther S. Thompson

Publié le par AU DETOUR D'UN LIVRE-LITTERATURE

Las Vegas Parano, de Hunther S. Thompson

Résumé : «Nous avions deux sacoches d’herbe, soixante-quinze pastilles de mescaline, cinq feuilles d’acide-buvard carabiné, une demi-salière de cocaïne, et une galaxie complète et multicolore de remontants, tranquillisants, hurlants, désopilants… sans oublier un litre de tequila, un litre de rhum, un carton de Budweiser, un demi-litre d’éther pur et deux douzaines d’ampoules de nitrite d’amyle.»
Le journaliste Raoul Duke et son avocat, le célèbre Docteur Gonzo, partent pour Las Vegas. Après soixante-dix heures sans sommeil, un enlèvement, de sauvages poursuites sur l’autoroute et de deux chambres d’hôtel dévastées, trouveront-ils le Rêve Américain?
Adapté au cinéma par Terry Gillian avec Johnny Depp et Benicio Del Toro, Las Vegas parano est un ovni littéraire hilarant, un road-trip sous acides détonant qui ne laissera aucun lecteur indifférent.


Fear and Loathing in Las Vegas: A Savage Journey to the Heart of the American Dream
Auteur : Hunter S. Thompson
Traduction (anglais US) : Philippe Mikriammos
Nombre de pages : 304
Edition : Folio
Date de parution : 9 septembre 2010
Isbn : 978-2070437351
Prix : 7.20€ (poche)

Avis / Critique :
Dans ce livre, Hunter Thompson a transposé de façon romancée deux séjours qu’il a faits à Las Vegas à un mois d’intervalle au début des années 70. L’inventeur du journalisme gonzo – voir la critique de « fils de gonzo » publiée il y a peu sur ce même blog – fait ici le pari que la fiction sera plus vraie que la réalité.
Est-ce que le pari est gagné ? Pas sûr que cette histoire de journaliste « diplômé » et de son avocat, complètements défoncés du début à la fin du livre, évoque la réalité.
Mais en fait ce n’est pas important. On suit avec délectation les tribulations des deux pieds nickelés de la came à travers un Vegas de pacotille, à la recherche du rêve américain.
Grâce à eux, nous avons droit à un véritable catalogue de drogues, avec description des effets qu’ils ont sur l’organisme. On les suit quand ils dévastent les suites de leurs hôtels de luxe, quand ils démolissent leurs voitures ou quand ils transgressent les lois, comme dans ce passage ou l’auteur se fait prendre en chasse pas la police ou encore quand il dépose en voiture son avocat au pied de l’avion, sur le tarmac de l’aéroport.
C’est souvent hilarant, soit par la description de leur comportement sous l’emprise de la drogue soit par les excès de cette ville totalement surréaliste qu’est Vegas.
Mais c’est surtout un constat désabusé de ce qu’est devenu la contre-culture des années 60 – les hippies, le flower power, etc… Bien avant la reprise en main des années 80, Thompson voyait déjà que ce mouvement était une impasse.
C’est finalement ça le rêve américain qu’il recherche et ne trouvera pas : une ville de pacotille qui ne s’intéresse qu’à l’argent et au jeu et où ces camés de hippies n’ont rien à faire.

Bien évidemment, le livre est surtout connu par l’adaptation cinématographique qu’en a faite Terry Gilliam. Il faut avouer qu’à part vers la fin, elle est très fidèle. Et comme Johnny Depp a passé trois mois avec Hunter Thompson pour s’imprégner du personnage, son interprétation est plus vraie que nature. De plus, afin que l’on puisse profiter de la verve de l’auteur, Gilliam a eu l’intelligence d’utiliser la voix-off pour lire des extraits du livre.

Bref, si on ouvre le livre après avoir vu le film, comme c’est le cas de votre serviteur, il ne faut pas s’attendre à de grands bouleversements. Reste le plaisir de lire un auteur essentiel de la contre-culture américaine.
Critique faite par Evil.g

Extrait :

Un coup de volant et nous étions au Circus-Circus casino, nous stationnant près de l’entrée de derrière. « Nous y voici, fis-je, ils ne peuvent pas nous emmerder.
– Où est l’éther ? demanda mon avocat. Cette mescaline ne me fait plus rien »
Je lui donnai la clé du coffre tandis que j’allumai la pipe à hasch. Il revint avec la bouteille d’éther, la décapsula puis en imprégna un Kleenex qu’il s’écrasa sur le nez, inhalant à grands coups. Je trempai moi aussi un kleenex et m’en engorgeai les narines. L’odeur était époustouflante, même capote baissée. Et bientôt nous étions là à gravir en chancelant les marches vers l’entrée, riant stupidement et nous tirant l’un l’autre comme des ivrognes.
Là réside l’avantage principal de l’éther : il vous fait vous comporter comme le soûlard du village dans quelque primitif roman irlandais… perte totale de toutes les capacités motrices de base : vision embrouillée, aucun équilibre, langue paralysée – rupture de toute coordination entre corps et cerveau. Ce qui ne manque pas d’intérêt, car le cerveau continue à fonctionner plus ou moins normalement… à dire vrai, vous vous voyez vous comporter de cette déplorable manière, mais vous ne pouvez rien y faire.

Vous arrivez au tourniquet d’entrée du Circus-Circus et vous savez bien qu’une fois là, vous devez donner deux dollars au type pour pouvoir entrer… mais quand vous y arrivez, tout se passe mal : vous calculez mal la distance qui vous sépare du tourniquet et vous vous cognez dessus, vous rebondissez et vous vous rattrapez à une vieille dame pour ne pas vous casser la figure, puis quelque rotarien courroucé vous bouscule et vous pensez : Mais qu’est ce qui se passe ici ? Qu’est-ce qu’il y a ? Et puis vous vous entendez bafouiller : « Toutou a baisé le pape, c’est pas de ma faute. Attention !... Quoi, de l’argent ? Mais je m’appelle Brinks, je suis né… né ? Les brebis par-dessus bord… femmes et enfants dans le wagon blindé… ordres du capitaine Zip. »
Ah ! Diabolique éther – complète drogue du corps. L’esprit recule d’horreur, incapable de communiquer avec la colonne vertébrale. Les mains s’agitent comme des démentes, incapables de sortir du fric de la poche… rires faux et chuintements de bouche… tout en souriant toujours.
L’éther est la drogue parfaite pour Las Vegas. Dans cette ville, ils adorent les pochards. C’est de la viande fraîche. Aussi ils nous firent passer le tourniquet et nous balancèrent à l’intérieur.

Le Circus-Circus est ce que tous ceux qui sont dans le coup feraient le samedi soir si les nazis avaient gagné la guerre. C’est le sixième Reich. Le rez-de-chaussée est couvert de table de jeux, comme tous les autres casinos… seulement le plafond est quatre étages plus haut, dans le style d’une tente de cirque, et il s’y passe toutes sortes de dingueries étranges mi-foire de canton mi-carnaval polonais. Juste au-dessus des tables de jeu nous avons les Quarante Frères Volants Carazito qui exécutent un numéro de trapèze de haute voltige, en compagnie de quatre gloutons muselés et des Six Sœurs nymphettes de San Diego… vous êtes donc sur la piste du bas à jouer au 421, et les enjeux montent dur quand par hasard vous levez le regard et là, juste au-dessus de votre nez, une fillette de quatorze ans à moitié nue est poursuivie dans le vide par un glouton grogneur qui se retrouve coincé dans un combat à mort contre deux Polacks peinturlurés d’argent qui dans un grand bond se sont jetés de deux balcons pour se retrouver en plein vide sur le cou du glouton…et les deux Polacks de s’alpaguer la bestiole en piquant droit sur les tables de jeu – mais ils rebondissent sur le filet, se séparent et remontent vers le toit dans trois directions différentes, et juste au moment où ils vont redescendre, ils sont rattrapés en plein air par trois Chattes Coréennes qui les ramènent en trapèze sur les balcons.

Ce manège dément continue sans arrêt, mais personne ne semble y prêter attention.

Tags : Las vegas parano, Las Vegas, Las Végas, Hunther S. Thompson, Hunther Thompson, le fils de Gonzo, fils de gonzo, Hell's angels, Rhum express, le marathon d'honolulu, Terry Gilliam, Benicio del Toro, Circus circus casino, casino, Johnny Deep, film, cinéma, movie, téléchargement, télécharger, telecharger, ebooks gratuits, ebooks, epub, mobi, pdf, livres gratuits, résumé, avis, critique, extrait, livre occasion, livres occasion, achat livres, livres numérique, livres numérique, livre en ligne, livres en ligne, ebook gratuit français, ebooks français, télécharger des livres gratuits, commander des livres, nouveauté livres, nouveauté livres, site de livres, site de livre, livres récents, livres récents, livres gratuits pour liseuse, bibliothèque numérique, livres de poche, livre de poche, boutique de livres, livres pas cher, meilleures ventes de livres, livres audio, tous les livres, livres achat en ligne,actualité du livre, roman sentimentaux, meilleurs romans policiers,
  #AuDetourDunLivre #LasVegasParano #JohnnyDeep #HunterSThompson #telecharger #ebooks #epub #mobi #critique #avis #telechargement #EbooksGratuits #AuDetourDunLivr 

Envie de prolonger votre plaisir ? Acheter le film.

Tags : Las vegas parano, Las Vegas, Las Végas, Hunther S. Thompson, Hunther Thompson, le fils de Gonzo, fils de gonzo, Hell's angels, Rhum express, le marathon d'honolulu, Terry Gilliam, Benicio del Toro, Circus circus casino, casino, Johnny Deep, film, cinéma, movie, téléchargement, télécharger, telecharger, ebooks gratuits, ebooks, epub, mobi, pdf, livres gratuits, résumé, avis, critique, extrait, livre occasion, livres occasion, achat livres, livres numérique, livres numérique, livre en ligne, livres en ligne, ebook gratuit français, ebooks français, télécharger des livres gratuits, commander des livres, nouveauté livres, nouveauté livres, site de livres, site de livre, livres récents, livres récents, livres gratuits pour liseuse, bibliothèque numérique, livres de poche, livre de poche, boutique de livres, livres pas cher, meilleures ventes de livres, livres audio, tous les livres, livres achat en ligne,actualité du livre, roman sentimentaux, meilleurs romans policiers,
  #AuDetourDunLivre #LasVegasParano #JohnnyDeep #HunterSThompson #telecharger #ebooks #epub #mobi #critique #avis #telechargement #EbooksGratuits #AuDetourDunLivr 

Publié dans Roman, Humour

Commenter cet article