Le président des ultra-riches, de Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot

Publié le par AU DETOUR D'UN LIVRE-LITTERATURE

le président des riches - audetourdunlivre.com

 

Résumé : " Macron, c'est moi en mieux ", confiait Nicolas Sarkozy en juin 2017. "En pire", rectifient Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot. Huit ans après Le Président des riches, les sociologues de la grande bourgeoisie poursuivent leur travail d'enquête sur la dérive oligarchique du pouvoir en France. 

Auteurs : Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot
Nombre de pages : 176
Édition : Zones
Date de parution : 31 janvier 2019
Prix : 14€ (Broché) - 9.99€ (epub, mobi) - 11.50€ (occasion)
ISBN : 978-2355221286

 

Avis / Critique :


Cet essai est le résultat d'une  enquête menée au cœur de la Macronie et effectuée par deux sociologues de gauche. D'emblée donc, on peut se dire qu'il va être à charge et il l'est en effet, mais il s'étaye sur des faits qu'il est difficile pour ceux voulant défendre le président, de pouvoir réfuter.

C'est un essai qui démontre comment Emmanuel Macron a su se forger un réseau et faire fructifier celui-ci pour accéder au pouvoir. C'est aussi un essai qui permet de révéler l'entre-soi des macronistes qui n'ont de cesse de se créer un patrimoine, plutôt que de s'intéresser aux intérêts de la France et de son "petit" peuple.
Dominant, Emmanuel Macron, est selon les auteurs convaincu de sa supériorité. Il distille alors les petites phrases et porte son
offensive face à une classe populaire et aux acquis de cette même classe, "ce fardeau".
Cet essai ce sont aussi des statistiques sur les cadeaux fiscaux octroyés aux entreprises du CAC40 et autres dont les résultats se font toujours attendre en terme d'emploi (on se rappellera du million de P. Gattaz) : Fin de l'ISF voté en 2017 alors qu'initialement prévu en 2019 ; suppression de l'Exit Tax (soit 6 milliards possible de manque à gagner selon le responsable de la direction de Bercy) ; CICE égal à 6% de la masse salariale, soit 20 milliards d'euros offerts(74 millions rien que pour PSA qui dégraisse ses effectifs) ; 12.8% d'impositions des actionnaires sur les dividendes là où les salariés payent 14% sur chaque euros de salaire perçu, etc.
Avec Macron, "les premiers de cordée", comme disent les auteurs, "ont depuis longtemps quitté les sommets himalayens, ils se sont mis en orbite".

Cet essai c'est aussi la confirmation sur la campagne présidentielle commencée alors qu'Emmanuel Macron était ministre à Bercy où il recevait journalistes, acteurs, chefs d'entreprise, intellectuels, animateurs télés, pour des apéros et autres dîners offerts grâce à l'argent du ministère en frais de représentation, soit l'argent du contribuable.
C'est la réunion à Las Vegas organisée par Havas (sans mise en concurrence comme le veut la loi) et par une Muriel Pénicaud (aujourd'hui ministre) qui envoie un mail à son assistante "J'ai un rendez-vous secret avec Fouks, cela ne doit pas figurer à mon agenda et cela ne doit pas se savoir" qui lui vaudra une enquête préliminaire pour favoritisme, complicité et recel de favoritisme. Fouks étant le vice-président de chez Havas qu'elle dit ne pas connaître au juge, mais chez qui elle placera son neveu (dixit les auteurs).

Monique Pinçon-Charlet et son mari démontrent ensuite combien Emmanuel Macron fut avantagé dans les médias ( en 4 mois : 7 heures d'antennes sur BFM contre 7 heures et demie pour ses 4 principaux adversaires réunis), sans oublier les magazines people.

Cet essai est une synthèse de cette montée au pouvoir, des accointances du couple Macron (et des ministres du gouvernement) avec le milieu industriel et du capital, sa propension à avoir les faveurs des médias, et la mise en place d'une politique en faveur des uns mais au détriment des autres.

Alors oui, il manque à ce "Président des ultra-riches
: Chronique du mépris de classe dans la politique d'Emmanuel Macron ", une parole contradictoire pour être totalement juste et dénué de ce caractère qui en fait un document à charge. Cela dit, il est fort intéressant par le fait qu'il remet et met en perspective des éléments qui font mieux comprendre la mise en place de la politique et des mesures actuelles.
Pour résumé, un livre intéressant, mais incomplet.

 

__________________________________________________

Extrait :

LES MACRONADES : PETIT RÉCAPITULATIF

 

17 septembre 2014. Emmanuel Macron, alors ministre de l’Économie, déclare sur Europe 1, à propos des ouvrières licenciées des abattoirs de la société Gad à Lampaul-Guimiliau (Finistère) : « Il y a dans cette société une majorité de femmes, pour beaucoup illettrées. […] Ces gens-là n’ont pas le permis de conduire. On va leur dire quoi ? » Face au tollé, le cabinet du ministre reconnaît un « mot malheureux », « extrêmement blessant », tout en ajoutant : « On peut comprendre que cela suscite une certaine émotion, mais il n’y avait aucune volonté de stigmatiser qui que ce soit. »

20 janvier 2016. Au micro de RMC et de BFM TV, le ministre l’assure : « La vie d’un entrepreneur est bien souvent plus dure que celle d’un salarié. Il ne faut jamais l’oublier. Il peut tout perdre, lui, et il a moins de garanties. » Au vu de la polémique, Emmanuel Macron rétropédale : « J’ai eu tort […] d’opposer une catégorie à une autre. Ce n’est pas ma façon de gouverner. »

27 mai 2016. Face à deux grévistes qui l’interpellent dans les rues de Lunel (Hérault), il lâche : « Vous n’allez pas me faire peur avec votre tee-shirt. La meilleure façon de se payer un costard, c’est de travailler. » Réagissant aux critiques qui s’ensuivent, il se justifie ainsi : « On ne tutoie pas un ministre, on ne l’invective pas. »

29 juin 2017. Lors d’un discours fleuve à la Station F, incubateur de start-up monté par Xavier Niel à Paris le long des voies de la gare d’Austerlitz, le nouveau président en remet une couche : « Une gare, c’est un lieu où on croise des gens qui réussissent et des gens qui ne sont rien. »

8 septembre 2017. Réagissant depuis Athènes au mouvement social en cours contre la casse du droit du travail, le chef de l’État dit assumer une certaine « forme de provocation » et avertit : « Je ne céderai rien, ni aux fainéants, ni aux cyniques, ni aux extrêmes. »

4 octobre 2017. Alors que son déplacement à Égletons en Corrèze était perturbé par d’anciens licenciés de l’usine GM&S en colère, il revient à la charge : « Certains, au lieu de foutre le bordel, feraient mieux d’aller regarder s’ils ne peuvent pas avoir des postes là-bas, parce qu’il y en a qui ont les qualifications pour le faire et ce n’est pas loin de chez eux. »

15 octobre 2017. Lors de sa première interview télévisée en tant que président de la République, Emmanuel Macron persiste et signe : « Quand certaines ou certains bloquent tout, se mêlent à des activistes violents, font tout pour bloquer les choses, pourquoi ? Non pas pour retrouver un emploi ou pour proposer quelque chose d’autre, mais pour toucher la supralégale, c’est-à-dire un peu plus d’argent de licenciement, je ne l’accepte pas. Et donc je dis les choses comme elles sont. »

12 juin 2018. Une vidéo diffusée par Sibeth Ndiaye, qui chapeaute le service communication de l’Élysée, met en scène Emmanuel Macron avec ce message : « On met un pognon de dingue dans les minima sociaux. […] On met trop de pognon, on déresponsabilise et on est dans le curatif. »

24 juillet 2018. En pleine affaire Benalla, Jupiter harangue les parlementaires de sa majorité : « Celui qui l’a recruté, c’est moi. Celui qui a validé sa sanction, c’est moi. Le seul responsable, c’est moi. Qu’ils viennent me chercher ! »

29 août 2018. En visite au Danemark, il moque, devant la reine Margrethe II, la figure du « Gaulois réfractaire au changement ». En réponse aux indignations, Benjamin Griveaux, porte-parole du gouvernement, livre son explication de texte : « Le président ne parlait pas des Français, non, “les Gaulois réfractaires”, ce sont les partis politiques qui depuis trente ans ne veulent rien changer, qui depuis quinze jours nous jouent la “surviolence” dans les mots. »

16 septembre 2018. Lors des Journées du patrimoine, un jeune horticulteur au chômage interpelle le président à l’Élysée pour se plaindre de ne pas trouver de travail, ce dernier lui répond : « Si vous êtes prêt et motivé, dans l’hôtellerie, le café, la restauration, dans le bâtiment, il n’y a pas un endroit où je vais, où ils ne me disent pas qu’ils cherchent des gens. Pas un ! » Puis il lui conseille « de traverser la rue » ou de se rendre à Montparnasse pour prospecter cafés et restaurants.

14 novembre 2018. Interviewé sur le porte-avions Charles-de-Gaulle, quelques jours avant l’« acte I » du mouvement des « gilets jaunes », Emmanuel Macron conclut : « Je n’ai pas réussi à réconcilier le peuple français avec ses dirigeants. »

_______________________________________________

Tags : Le président des ultra-riches chronique du mépris de classe dans la politique d'Emmanuel MacronLe président des ultra-richesLe président des ultra-riches Emmanuel Macron Michel Pinçon Monique Pinçon-Charlot Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot  sociologuesLe président des ultra-riches avis, Le président des ultra-riches critique, Le président des ultra-riches essai, Le président des ultra-riches ebook gratuit, Le président des ultra-riches pdf gratuit, Le président des ultra-riches epub, Le président des ultra-riches amazon, Le président des ultra-riches fnac, Le meilleur site de critiques de livres sur le net, audetourdunlivre.com, critiques de livres, blog littéraire, blog de littérature, les meilleures critique de livres, le site des critiques de livres, les meilleurs avis de livres sur le net

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article