Transparence, de Marc Dugain

Publié le par AU DETOUR D'UN LIVRE-LITTERATURE

 

Résumé : A la fin des années 2060, la présidente française de Transparence, une société du numérique implantée en terre sauvage d'Islande, est accusée par la police locale d'avoir orchestré son propre assassinat. Or au même moment, son entreprise s'apprête à commercialiser le programme Endless, un projet révolutionnaire sur l'immortalité...

Auteur : Marc Dugain
Nombre de pages : 224
Edition : Gallimard
Collection : Blanche
Date de parution : 25 avril 2019
Prix : 19€ (Broché) - 13.99€ (epub, mobi)
ISBN : 978-2072797033

 

Avis / Critique :

Islande.
La présidente de la société Transparence, firme qui a inventé la collecte de données intégrale de l'humain est en passe de transformer le monde boursier. Mais voilà que la police s'invite chez elle. Un couple l'a vu pousser, la veille, une femme d'une falaise. La présidente l'affirme, il s'agissait d'une sorte d'euthanasie. Elle demande cinq jours aux policiers pour leur montrer de quoi il s'agit réellement.
Au bout de ces cinq jours, Google s'effondre quand Transparence et surtout Endless promet la vie éternelle aux êtres humains qui auront accepté de laisser collecter intégralement leurs données, mais aussi montré un respect de la Terre en les clonant. Comment est-ce possible ? La femme qu'a poussée Constance n'est autre qu'elle même, c'est-à-dire son ancien moi...

Nous voilà donc dans un futur relativement proche où le climat  rend la vie sur terre globalement invivable. Les partenaires de la firme Endless œuvrent pour l'immortalité, rendue possible désormais grâce aux milliards de DATA recueillies sur chacun.
Marc Dugain nous entraîne dans un futur possible où l'homme sera big DATAtisé. Vient avec cela tout ce qui fait les affres de la technologie utilisée à outrance et n'importe comment. L'homme  se laisse totalement conduire par l'intelligence artificielle et ne sait plus réfléchir par lui-même, son intelligence baisse, son corps s'alourdit (il ne marche plus), il a détruit son environnement. Roman d'anticipation, de mise en garde, ce livre est un peu tout cela. Il offre une solution qui conjugue (c'est ambivalent) une solution pour sauver la planète via l'utilisation de ces informations : l'homme éternel n'a plus besoin de se reproduire, seuls ceux ayant montré du respect pour la nature et ayant accepté de livrer leurs données pourront faire partie du programme et accéder à l'immortalité.

L'idée de départ est intéressante (une tentative de survie d'une espèce vivant au bord du précipice qu'elle a elle-même créée), mais le contenu est, il faut le dire, redondant, long à lire, ennuyeux parfois. Car il s'agit surtout ici d'une discussion sous forme de soliloque autour de sujets actuels : le dérèglement climatique, l'importance des GAFAM, l'Intelligence Artificielle, le libéralisme, Trump, le chômage, la surpopulation, etc.

Transparence est un portrait assez lucide du monde qui nous entoure, qui décrit ce qui pourrait être le suicide d'une espèce qui s'amorce lentement mais sûrement si elle ne revient pas en arrière, mais qui est malheureusement mal articulé. 
Une dystopie pas inintéressante qui manque clairement de fluidité pour être pleinement appréciée.

 

_____________________________________

 

Extrait :

L’offensive avait commencé simultanément sur les grandes places financières du monde. New York, Pékin, Tokyo, Londres, essentiellement. L’ordre fut donné de vendre à terme des titres pour plusieurs dizaines de milliards de dollars.

Une vente à terme consiste à céder aujourd’hui des titres qu’on n’achètera que le jour de leur livraison, à la fin du mois. Cet achat se produit au cours du jour. Si entre le jour de la vente et celui de l’achat le cours a baissé, il se dégage une plus-value, si l’inverse se produit, l’opération dégage une perte.

Entre la date de vente de ces titres et la date où nous étions tenus de les livrer, le dernier jour du mois, la Bourse allait s’effondrer, nous en faisions le pari. Cet effondrement résulterait d’une seule information qui émanerait de nous. Les experts de mon entourage prévoyaient que des titres que nous venions de vendre 100 ne nous coûteraient pas plus que 5 à l’achat cinq jours plus tard.

Afin de passer inaperçus nous avons réparti la transaction sur des dizaines de sociétés dans chaque secteur. Les secteurs ciblés étaient nombreux. Ils concernaient l’énergie, l’agriculture, l’alimentation, l’habillement, l’eau, le traitement des déchets, les entreprises de sanitaires, la médecine, la pharmacie, les pompes funèbres, la literie, l’armement et aussi il faut bien l’avouer tout l’habillement pour bébés et enfants, l’optique pour la vue, les appareils auditifs, soit, comme vous pouvez en juger, une partie importante de l’économie qui allait connaître près de cent quarante ans après la grande dépression de 1929

la crise boursière la pire de son histoire orchestrée par une modeste « start-up coopérative islandaise » appartenant à treize ingénieurs de différentes nationalités. Nous avions évidemment conscience de commettre un monumental délit d’initié mais nous avons fait le pari que personne n’aurait le courage de nous le reprocher. Pas même Google, que nous allions bientôt racheter, dans cinq jours exactement, c’était notre objectif, et je ne voyais pas ce qui pourrait nous en empêcher si l’on prenait en compte la masse de capitaux que nous allions mobiliser ce même jour suite à l’effondrement de ce que je nommerai « les marchés obsolètes », aussi obsolètes qu’avaient pu le devenir, avant eux, les chevaux, le charbon, et même le pétrole dont il ne subsistait désormais que des applications industrielles.

Notre vidéoconférence pour lancer l’opération, mes douze collaborateurs au sein de la société et moi, seule dans mon immense bâtisse transparente, fut de très courte durée. Il arrive parfois dans l’existence d’être confronté à des moments d’intensité rare, comme si le sentiment même de cette existence se révélait unique, au-dessus de tout ce qui avait pu être vécu avant ou qui le serait plus tard, immense point d’orgue justifiant à lui seul notre passage sur terre. Mes amis étaient au faîte de leur vie et je pouvais le lire sur chacun des visages qui, malgré la distance créée par l’écran, avançait vers moi.

_______________________________

Tags : transparence marc dugain, transparence roman marc dugain, transparence marc dugain avis, transparence marc dugain critique, avis transparence marc dugain, critique transparence marc dugain, télécharger transparence marc dugain, transparence dugain, livre transparence marc dugain, avis livre transparence, critique livre transparence, ebook transparence dugain, transparence en epub, transparence mobi, transparence dugain pdf, ebooks gratuits, télécharger livres gratuits, transparence marc dugain amazon, transparence dugain amazon, Le meilleur site de critiques de livres sur le net, audetourdunlivre.com, critiques de livres, blog littéraire, blog de littérature, les meilleures critique de livres, le site des critiques de livres, les meilleurs avis de livres sur le net

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article