Indiscrétions chez le psy, d'Isabelle Petit

Publié le par AU DETOUR D'UN LIVRE-LITTERATURE

 

Résumé : Abandonnée par son conjoint de longue date, Gabrielle choisit de se reprendre en main et d’enchaîner les rendez-vous avec un candidat plus avenant : son psy. C’est le cœur en miettes qu’elle se présente à sa première consultation. Arrivée en avance, elle se surprend à écouter clandestinement une conversation...

Auteure : Isabelle Petit
Nombre de pages : 271
Édition : Les Éditeurs réunis
Date de parution : 16 octobre 2019
Prix : 13.99€ (epub, mobi)
ISBN : 9782897832179

___________

Avis / Critique :

 

Voilà un roman qui nous vient de nos cousins d'outre-Atlantique, précisément du Canada.
Isabelle Petit, l'auteure, nous conte au travers de son héroïne, Gabrielle, mère de famille en pleine séparation, ses consultations chez le psy, mais aussi les conversations des autres patients qu'elle écoute pour passer le temps dans la salle d'attente.
C'est ainsi qu'elle découvre la vie du plombier Victor Beaulieu qui a des problèmes de libido, son Popaul ne pouvant remplir son rôle auprès de madame, qui passe il faut bien le dire, après sa superbe voiture américaine et son équipe de hockey favorite. Décidé à tout faire pour reconquérir sa dulcinée et comprendre la gente féminine, Victor va tout mettre en œuvre jusqu'à aller s'épiler le torse comme le copain gay de sa femme.
Oui, mais voilà, rien ne se passe jamais comme il l'imagine. Il faut dire que Victor a le chic pour faire tout de travers à la manière d'un Gaston Lagaffe, et finit par aggraver son cas tant auprès de sa femme que du psy qui a besoin d'un verre de whisky pour se remonter le moral après sa séance.

Gabrielle l’héroïne, vient, elle, consulter (parce que tout le monde consulte, ce sont ses amies qui lui ont dit), car elle se sent inadaptée à sa nouvelle vie : la voilà jeune quinqua en pleine séparation affublée d'une fille de 15 ans en pleine rébellion qui lui reproche la séparation. Perdue, c'est en écoutant les séances des autres patients chez le psy qu'elle espère trouver la solution. Et c'est ce qu'elle va faire en écoutant les propos de Victor qui vont lui permettre de comprendre comment fonctionnent les hommes et, plus particulièrement, son mari.

Au travers de ses deux personnages, Victor et Gabrielle, Isabelle Petit montre que les hommes et les femmes ont plus en commun qu'ils ne le pensent. Et elle nous présente cela dans son Indiscrétions chez le psy avec une sacrée dose de bonne humeur et de rires. Rires qui arrivent quand on lit les gaffes de Victor.
Pas besoin de séances de couple chez le psy, il suffit pour ceux qui ont des problèmes de communication de lire ce livre pour retrouver le sourire et une dynamique de vie !
A découvrir.  

 

_____________
 

 

Indiscrétions chez le psy, d'Isabelle Petit - audetourdunlivre.com

Extrait :

 

Bureau du psychologue
Assoyez-vous, monsieur Beaulieu. Je vous écoute.
Bon, ben voilà. Comment dire…
Prenez votre temps.
C’est à cause de… euh… Vous savez…
Non, pas encore. Allez-y.
C’est que… C’est un peu compliqué…
Dites-moi simplement pourquoi vous venez consulter, suggère le psy.
Je viens consulter parce que… parce qu’IL a arrêté de se mettre au garde-à-vous. Malgré mon ordre de commandement, IL est demeuré replié, la baïonnette par en bas, désireux de se faire oublier. J’ai tenté des manœuvres manu militari pour l’inciter à monter au front. Peine perdue, IL persistait à vouloir rester planqué dans sa tranchée. Même l’arsenal de lingerie fine de Noémie n’a pas réussi à le faire arquer le moindrement. Un déserteur dans un caleçon. La déroute totale. Waterloo…
Attendez une minute. Juste pour qu’on se comprenne bien.
IL désigne qui ou quoi exactement ?
Ben, euh… Le principal intéressé : Popaul.
Popaul ?
Ouais, je lui ai donné un p’tit nom.
Vous appelez votre pénis Popaul ? Parce qu’on parle bien de votre pénis, n’est-ce pas ?
En plein ça, confirme Victor.
Donc, Popaul est un soldat ?
Vous n’allez pas vous moquer de moi, hein ?
Euh, non. Bien sûr que non. Je ne me moque jamais de mes patients, mais avouez que cela est quand même étrange, fait remarquer le psy.
Je ne trouve pas, non. Popaul ne peut quand même pas être notaire ou comptable.
Vu comme ça…
Maintenant que je suis là, de toute façon, autant tout vous dire. Je n’ai pas pris la décision de consulter sur la base d’une seule défaite. Non. Je suis retourné au combat plusieurs fois. Mais j’ai beau être le chef d’un valeureux fantassin, je crois qu’il a déposé les armes pour de bon.
Je vois. Une petite chose, avant que nous poursuivions : vous faites quoi comme métier ?
Je suis plombier. Pourquoi ?
Pour rien. J’ai cru un instant que vous étiez militaire.
Parce que Popaul est un soldat ?
Oui.
Je ne viendrais quand même pas consulter pour un problème de tuyauterie.
Dans la salle d’attente, l’oreille appuyée contre la porte, je dois me mordre les joues pour ne pas éclater de rire. J’étais loin de me douter que cette écoute clandestine allait se révéler aussi divertissante ! Quelle chance que de pouvoir surprendre les confidences d’un homme ! Cela a le mérite de chasser momentanément mes idées moroses en attendant ma propre consultation.
Hum, hum… passons, enchaîne le psy. Cependant, j’aimerais vraiment que nous poursuivions notre échange en nommant les choses comme elles doivent l’être.
Comme vous voulez.
Très bien. Alors, reprenons. Vous consultez pour… ?
Je ne bande plus.
Parfait.
Comment cela « parfait » ? Vous trouvez qu’il y a de quoi être fier, vous ?
Non, absolument pas. Je voulais simplement dire que votre réponse a au moins le mérite d’être claire maintenant.
Cela doit arriver aux psys aussi de ne plus bander, non ?
L’érection n’est pas une question de profession.
C’est une question de quoi, alors ?
De, de, de…
Oui ?
Ma foi, de désir, de confiance, de… plein de choses ! À propos, en avez-vous parlé avec votre conjointe ?
Avec Noémie ? Vous voulez rire ? Pourquoi est-ce que je lui en parlerais ? Elle voit bien que Popaul…
… que votre pénis…
… que mon pénis ne veut plus lui rendre visite. Et puis, franchement, plutôt mourir que de parler de problèmes d’érection avec les femmes. C’est le genre de truc qui soit les fait se tordre de rire, en plus de devenir un sujet de plaisanterie à n’en plus finir avec leurs copines, soit les fait fondre en larmes, puisqu’elles associent toujours ce ratatinage humiliant à une absence de désir. Avouez que, ce faisant, elles se rendent coupables de haute trahison.
Laissons tomber le registre militaire, s’il vous plaît ! Mais avec votre femme à vous, la discussion doit bien être possible, non ?

_____________________________

Livres isabelle petit, livres gratuits, romans gratuits, isabelle petit, indiscrétions chez le psy, epub gratuit, mobi gratuit, pdf gratuit, trouver des livres gratuits, avis de livres, critiques de livres, meilleurs livres, meilleurs sites de livres, meilleurs blogs de livres, blog de livres, meilleures ventes livres 2019, télécharger bd pdf gratuit, roman pdf gratuit, roman pdf, romans à télécharger, bande dessinée pdf

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article