L'évolution, ça marche de Thomas C. Durand

Publié le par AU DETOUR D'UN LIVRE-LITTERATURE

 

Résumé : À l'heure où prospèrent sur les réseaux sociaux les attaques les plus diverses et les plus régressives contre la théorie de l'évolution, voici un bref vade-mecum de défense et illustration de cette théorie, trop souvent mal comprise.
En une trentaine de questions-réponses concises sont discutés et réfutés les arguments critiques les plus couramment développés : " Si l'Homme descend du Singe, pourquoi reste-t-il des singes ?"

Auteur : Thomas C. Durand
Nombre de pages : 180
Édition : Le Seuil
Collection : Science ouverte
Date de parution : 10 octobre 2019
Prix : 16€ (Broché) - 11.99€ (epub, mobi)
ISBN : 978-2021432299

_____________

Avis / Critique :


Thomas C. Durand est un vrai défenseur de la théorie de l'évolution et se pose ici en chantre du combat contre les créationnistes, qu'ils soient ceux de la Terre jeune ou ceux de la Terre vieille. Dans son livre qui compte 180 pages environ, il amène ses arguments et démontre ce que l'on doit à l'évolution et ce qui est selon lui factuel et sans discussion possible.

Bref, en dehors de l'évolution rien n'est possible. Or, dans son opus, les exemples sur lesquels il s’appuie parfois ont souvent des arguments raccourcis. Non pas que l'on puisse remettre en cause l'évolution, elle est bien là, nous en sommes l'exemple le plus fragrant, mais l'auteur omet d'autres possibilités qui pourraient venir se greffer à cette même évolution. Ne peut-on conjuguer une certaine part de créationnisme avec le big bang par exemple, envoyant un code initial et permettant ensuite de laisser libre cours à l'évolution ?
Sans parler d'un "Dieu", c'est une question que l'auteur aurait pu se poser, mais qu'il ne fait pas, préférant rester dans la même ségrégation qu'il reproche aux autres.

C'est un peu ce qui m'a déplu dans ce livre. Ici, pas de place à d'autres possibilités, de mix entre deux pans, d'évolution dans l'évolution, de véritables interrogations et de vrais questionnements. D'ailleurs les questions auxquelles il répond sont un peu faciles, bateau même parfois et teintées d'une certaine ironie. Or, ce sont les interrogations et les réponses qu'ont y apportent qui sont intéressantes. 
Par exemple, pour lui l'ADN non codant prouve que l'homme n'est pas une machine parfaite créée par une entité supérieure (sinon nous n'aurions pas de maladie) et que nous ne sommes que le fruit d'une évolution parfois imparfaite. Cela peut-être vrai ou on peut se dire que cet ADN non codant a pu nous servir à un moment de notre évolution ou pourra nous servir dans notre futur. Nous n'en savons rien. Tout comme nous ne savons pas si la duplication qui amène parfois nos cellules à fabriquer des maladies n'est pas elle-même dans un sens une évolution programmant de futures générations, que celles-ci sont peut-être nécessaires pour une future évolution que nous ne connaissons pas encore.
C'est donc ce que je reproche à ce livre. S'arrêter à aujourd'hui et ne pas ouvrir son champ évolutif et répondre à des questions parfois simplistes, se moquant de découvertes alors qu'il n'apporte pas lui-même d'explications scientifiques, faisant des erreurs (notamment concernant les néo évhémérismes qu'il range dans la même case que les créationnistes concernant l'émergence de la civilisation humaine).
Ce livre est plein de raccourcis, d'ironies, et c'est dommage, car il décrédibilise l'objet premier de son postulat qui est de défendre Darwin et sa théorie de l'évolution.

 

 

_____________________

L'évolution ça marche !, de Thomas C Durand (la critique) "audetourdunlivre.com"

Extrait :

1.

Si l’Homme descend du singe, pourquoi reste-t-il des singes ?


À tout seigneur, tout honneur, commençons par cette attaque qui est à la fois la plus courante et l’une des plus surprenantes de naïveté. Personne ne trouvera trace dans les écrits de Darwin, pas plus que dans les livres ou les articles scientifiques traitant du sujet de la lignée humaine, de l’idée que les humains actuels seraient les descendants d’individus appartenant aux espèces actuelles de singes.

Les humains appartiennent au clade des Simiiformes, comme les autres singes, parce qu’ils partagent avec eux une parenté étroite. Parmi toutes les espèces actuelles, les chimpanzés sont ceux dont la lignée a divergé de la nôtre le plus tardivement. Cette connaissance est basée sur des observations morphologiques, paléontologiques et génétiques, toutes cohérentes entre elles. Les chimpanzés sont nos plus proches parents dans la nature ; les scientifiques ne disent pas autre chose.

Cette première inexactitude s’accompagne de l’assertion selon laquelle, grosso modo, si l’évolution était réelle, alors les autres singes aussi auraient dû développer leur intelligence, se redresser et se mettre à parler latin.

Il y a de profondes erreurs d’analyse derrière une telle déclaration. Elle se fonde tout d’abord sur l’idée que l’évolution posséderait une direction, car les personnes qui rejettent l’évolution ont pour point commun qu’elles répugnent à intégrer la nature aléatoire et intrinsèquement contingente de l’histoire de notre espèce. Elles oublient aussi que les singes actuels sont par définition adaptés à leur environnement naturel, puisque c’est l’environnement qui pratique la sélection.

La réponse à cette assertion est celle-ci : l’homme est un singe qui a une histoire particulièrement intéressante. Pire que cela, pendant des dizaines de milliers d’années, la Terre a porté plusieurs espèces humaines en même temps, et nous sommes les survivants d’un processus de croisements et de sélection. Rien ne force les singes à devenir humains, et rien n’obligeait notre lignée à être la seule constituant l’humanité.

Malheureusement cette idée est alimentée par l’iconique « marche vers le progrès » dont vous retrouvez une version ironique sur la couverture de ce livre, et que l’on devrait s’efforcer de faire disparaître pour qu’elle cesse d’embrouiller les esprits.

1. Variante de cet argument

Il y a des millions d’êtres humains sur Terre, et de très nombreux singes. Si l’évolution était vraie, on devrait trouver également un grand nombre de chacune des espèces intermédiaires.

Cette confusion provient de la même difficulté à concevoir les très longues durées, les très nombreuses générations en jeu dans le processus, ainsi que les multiples évènements historiques responsables de l’isolation ou de la diffusion des mutations dans les populations. C’est également oublier le très lourd poids des extinctions d’espèce au cours des ères. C’est justement parce que les « formes intermédiaires » ont disparu, ou n’existent tout simplement pas, que les lignées ont pu s’isoler et former des espèces séparées.

_____________________

 

 

Livres Thomas C. Durand, livres gratuits, romans gratuits, Thomas C Durand, l'évolution ça marche, epub gratuit, mobi gratuit, pdf gratuit, trouver des livres gratuits, avis de livres, critiques de livres, meilleurs livres, meilleurs sites de livres, meilleurs blogs de livres, blog de livres, meilleures ventes livres, télécharger bd pdf gratuit, roman pdf gratuit, roman pdf, romans à télécharger, bande dessinée pdf

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article