DARWINIA

Publié le par ISA-LITTERATURE

darwinia.jpg 

 

TITRE : DARWINIA

AUTEUR : Robert Charles Wilson

NOMBRE DE PAGES : 444

EDITION : DeNoël

 

RESUME :

   En mars 1912 survient un événement que certains qualifieront rapidement de « miracle » : l'Europe, la majorité de l’Angleterre, ainsi qu'une grande partie de l'Asie et de l'Afrique disparaissent subitement, ainsi que la totalité de leurs habitants. Ces territoires sont alors remplacés par une nouvelle masse continentale recouverte par une faune et une flore étranges, qui semble avoir suivi un chemin différent de l'évolution. Par dérision, ce nouveau monde est appelé Darwinie.

 

AVIS :

 

   Récit vertigineux, Darwinia nous conte la vie de Guilford Law,  jeune photographe qui était encore un enfant quand du jour au lendemain le monde a changé avec la disparition de l'Europe et l'apparition du nouveau continent. 20 ans plus tard, membre d'une expédition américaine, Guilford part en laissant femme et enfant dans la nouvelle Londres pour s'engager au fin fond de ce dédale qui a plus ou moins des allures de forêt amazonienne et que l'on a nommée Darwinia. Mais Guilford et ses compagnons ne sont pas seuls. La Darwinie n'est peut-être pas ce qu'elle semble être. Qui est cet homme qui lui ressemble comme deux gouttes d'eau et qui porte les vêtements d'un militaire des tranchées françaises de la première guerre mondiale ? Qui sont ces hommes qui le poursuivent et qui ne meure pas ? Qui est-il lui-même ?

   Dans la première partie de ce roman, l'auteur nous dépeint ce nouveau monde, étrange, ou des animaux inconnus ont pris la place, où toute civilisation humaine a disparue. Il installe la situation et l'idée de ce continent qui apparait un jour et fait disparaitre l'autre nous laisse envisager une uchronie des plus intéressante à découvrir. Dans la seconde partie, le héros est pourchassé et comprend qu'avec le continent, quelque chose d'autre est apparu, des hommes comme lui mais qui appartiennent à un dieu qui a un dessein particulier pour la terre. La troisième partie voit la guerre qui s'engage pour rétablir les archives du temps.

   Darwinia est un livre d'aventure qui mêle science-fiction à une nouvelle réécriture de l'histoire. L'idée telle qu'elle est présentée est vraiment intéressante mais le fait que l'auteur s'engage sur un combat entre deux factions divines qui se livrent la guerre à travers les hommes de l'ancien continent effacent quelque peu les bons côtés de l'histoire. Trop d'ésotérisme ou peut-être des envies pas assez explicites et assumées viennent alourdir les pages de la seconde et troisième partie. L'optique de la découverte d'une nouvelle civilisation m'aurait plus  tentée par exemple que ce combat entre des dieux ou alors amené d'une autre manière.

 

   Bref, un préambule des plus intéressants mais qui s'essoufle, devient trop complexe. L'écriture est belle, l'aventure humaine intéressante mais est-ce suffisant pour adhérer au reste ? Dommage car il ne manquait pas grand-chose pour faire de ce roman un très grand roman.

 

NOTE : 14 3 étoiles 1-2

 

Darwinia a remporté le prix Aurora du meilleur livre en anglais (Best English Long Form) en 1999 et a été nommé pour le prix Hugo la même année.

 

 

Acheter le livre

 

 

MOTS-CLES/ TAGS : Uchronie - Darwin - Religion - Europe - Guerre de Secession - nouveau monde - VerneGuerre - Critique - Avis -

 

Publié dans Science-fiction

Commenter cet article