Inferno

Publié le par ISA-LITTERATURE

inferno.jpg Inferno

 

TITRE : INFERNO

Auteur : Dan Brown

Nombre de pages : 565

Editeur : JC Lattès

Date de parution :  2013

  2 étoiles 1-2

 

 


 

 

 

Résumé :

 

    C’est l’une des plus grandioses œuvres de la littérature italienne, L’Enfer de Dante, qui est le fil conducteur de cette nouvelle aventure. En Italie, plongé dans une atmosphère aussi opaque que mystérieuse, le héros de Dan Brown, Robert Langdon, professeur de symbologie à Harvard va devoir affronter un adversaire diabolique sorti des limbes de l’Enfer et déchiffrer l’énigme la plus complexe de sa carrière. Elle le fait plonger dans un monde où l’art et la science de pointe tissent un écheveau qui exige de sa part toute son érudition et son courage pour le démêler.

 

Critique / Avis :

 

    Le voilà, le tant attendu petit dernier de Dan Brown. Les nouvelles aventures de notre symbologiste de génie, Robert Langdon qui, après avoir résolu le mystère de la naissance de Jésus, déjoué les plans d'un nouvel ordre séculier au sein du Vatican, les francs-maçons à Washington, ici se bat pour empêcher une épidémie de détruire le monde. Mais voilà, Robert Langdon est amnésique et ne se souvient pas pourquoi il se trouve à Florence. Il ne comprend pas non plus pourquoi on lui tire dessus à l'hôpital et qui est cette doctoresse providentielle qui lui vient en aide.

Le livre, on peut le dire, se découpe en trois parties :

1- De l'action

2- Du tourisme

3- De l'action

 

    En sachant que la première partie se finit très tôt ( à peu près une trentaine de pages), on plonge rapidement dans la deuxième où le rythme devient mou et où l'on a  l'impression de suivre un guide tour payé pour nous montrer la ville de Florence. Certes, c'est charmant mais les vingt euros versés pour acheter le livre ne nous laissait pas présager d'un ersatz de "Guide du routard". On comprend donc que Dan Brown a passé ses  vacances dans cette dernière et qu'il en est tombé amoureux.

 

    Heureusement, la troisième partie renoue avec l'action à la Jason Bourne et nous raccroche à l'histoire qui, cela dit, est quand même pas mal. Car oui, le fond y est : l'humanité est trop nombreuse et il faut faire de la place si l'homme veut avoir un avenir. l'idée ? Une pandémie mondiale orchestrée par un scientifique de talent et fan de l'Enfer de Dante d'Alighieri (tout le titre). Très bonne idée qui nous fait nous pencher sur le problème de la surpopulation mondiale et de ce que cela risque d'engendrer à court terme : surconsommation, baisse des denrées, pauvreté, guerres, destruction de l'environnement et de l'écosystème, violences, chomâge, etc... x 8 milliard d'individus pour une planète qui ne peut en nourrir que deux ou trois correctement. (sic).

 

    Autre chose à noter, Robert Langdon ici n'est pas forcément le personnage le plus intéressant. C'est plutôt celui de Sienna la doctoresse, très bien campée !

 

    Donc, un roman en demi-teinte avec de nombreuses redites (la montre Mickey par exemple - trois fois la même phrase dans le roman - et il y en a d'autres...)

 

    Dommage, dommage !

 

 

Note : 14 pour l'idée et parce que si l'on passe les nombreuses descriptions des bâtiments de Florence, l'histoire donne envie de poursuivre jusqu'à la fin.

 

 

 

A lire aussi :   Le symbole perdu de Dan Brown    -   Forteresse digitale     -  Deception Point   - Inferno

 

 

Acheter le livre

 

 

 

 


  Tags : Inferno, Dan Brown, Florence, Da Vinci Code, Robert Langdon, l'Enfer de Dante, francs-maçons

 

 

Publié dans Thriller

Commenter cet article