MARION ZIMMER BRADLEY

Publié le par AUDETOURDUNLIVRE-LITTERATURE

marion-zimmer-bradley.jpg

 

MARION ZIMMER BRADLEY

 

 

Voici l'un des plus grands auteurs que nous a donné la littérature américaine de science-fiction,
Marion Zimmer Bradley.

En France et en Europe, deux sagas l'ont faite connaitre au grand public :
Les dames du Lac et Ténébreuse.
Véritable maître de pensée, elle a lancé toute une génération d'écrivains et en a inspiré
d'autres.
Voici en quelques lignes, la vie de cet auteur prolifique.

 

 

     Marion Eleanor Zimmer Bradley nait dans une ferme à Albany (Etat de New York) dans une famille luthérienne de cheminots en 1930, l'année de naissance d'un autre grand écrivain, mais de polar cette fois-ci, Ruth Rendell. C'est la grande dépression aux Etats-Unis et la vie y est très dure. C'est aussi le début des fandom, ces groupes de lecteurs passionnés qui se forment et qui commentent leur lecture dans le courrier des lecteurs. La science-fiction en fait partie, notamment dans le magazine de Hugo Gernsback qui donnera son nom au prestigieux prix "le prix Hugo".

     Marion est petite quand elle commence à se passionner pour la lecture et notamment les récits de ses écrivains préférés, Henry Kuttner, Edmond Hamilton, Leigh Brackett et C.L.Moore. C'est là qu'elle a le déclic et décide, elle aussi d'écrire après avoir touché de la poésie qu'elle dédiera notamment à sa mère. Ce sera d'abord un premier roman "La maison de forêt" (édité après sa mort) puis une nouvelle la même année pour laquelle elle remporte un prix. C'est aussi l'année où elle décide de se faire baptiser (la religion tient une grande place dans sa vie, nous le verrons par la suite).

      Il lui faudra cependant attendre 1948, pour voir l'aboutissement de son travail. Sa nouvelle "Outpost" étant tour à tour publiée dans le fanzine "Spacewarp" (Volume 4 N°3) puis dans "Amazing stories". 1949 qui clôture aussi les 3 années passées à l'université State of New York et dont elle ne ressort malheusement pas diplômée. La concrétisation de ses rêves arrive en 1952 avec son histoire courte "women only" qui lui rapporte pour la première fois de l'argent et se voit publiée dans le magazine Vortex. En octobre 1949, Marion épouse Robert Alden Bradley avec qui elle déménage au Texas puis à Levelland et Rochester et dont elle aura un fils. En 1959, elle quitte son époux et s'installe à Abilene où elle poursuit ses études. En 1963, elle déménage à Berkeley et se remariera en 1964 à un numismate Walter Breen dont elle se séparera en 1979 et qui sera plus tard accusé de pédophilie, finissant même ses jours en prison. (Marion sera accusée à son tour par sa fille d'avoir perpétré sur elle des actes pédophiles). A Berkeley, elle poursuivra en parallèle durant de nombreuses années ses études en psychologie dont elle ne sortira malgré tout là encore, pas diplômée.

    Les nouvelles de fantasy et de SF s'égrainent au fil des années alors que Marion sillonne les routes en intégrant un cirque après avoir été blanchisseuse, serveuse, chanteuse de carnaval. Puis en 1957, elle voit son premier roman " Falcons of Narabedla" publié dans "Other wolds". le roman est imprécit, long et ne rencontre pas le succès escompté.1958, voit le début de la saga de Ténébreuse avec "Planet savers", qui sera l'une de ses plus grandes réussites à ce jour avec la saga des "Dames du Lac".

    Echaudée donc par l'appréciation peu amène reçu pour "Falcons of Narabedia", Marion Zimmer Bradley se tourne alors sous le pseudonyme de Morgan Ives vers la littérature gay, la "Pulp fiction Gay" comme on dit alors où elle produit plusieurs oeuvres en dehors de la science-fiction dont  "I am a lesbian" publié en 1962, "Spare her Heaven" en 1963, "Anything goes" en 1964 et "Knives of desires" publié en 1966. Sous le pseudonyme, Miriam Gardner, elle publiera, toujours dans le même genre, "Twilights lovers" en 1964, "The strange women" en 1962, "My sister, my love" en 1963. Marion Zimmer Bradley utilisera également deux autres pseudonymes : Lee Chapman et Dexter Morgan. Un thème cher à son coeur puisqu'on le retrouvera abordé dans "Ténébreuse" dans le cycle consacré aux amazones.

Elle se détourne ensuite de ce genre pour co-créer le Dark Moon Cicle (dont elle restera membre 5 ans) avec Diana L.Paxson qui collaborera avec Marion sur le cycle d' Avalon avant elle-même d'en écrire deux livres qui clôtureront ceui-ci. La création de cette société ne fait que révéler la passion de Marion Zimmer Bradley pour l'ordre des Rosicruciens et du Paganisme en particulier qu'elle a intégré dans les années 50. Thème que l'on retrouvera dans nombre de ses livres également.

Marion Zimmer Bradley croyait dans l'exploration de son propre esprit et particulièrement dans le domaine de la pensée religieuse. Elle professa un intérêt durable dans l'occultisme et au début des année 80 se décrit comme néo-paienne expliquant sa foi comme une femme rejetant la croyance chrétienne en la domination de l'homme sur terre. Elle croyait également à la clairvoyance, à la perception extrasensorielle et à la réincarnation. Elle aida d'ailleurs à la fondation du Centre pour la religion non-traditionnelle, proche des Wiccans qu'elle hébergea sur sa propriété de Berkeley. Mais vers la fin de sa vie, Marion Zimmer Bradley s'éloigne de ce mouvement pour se rapprocher de l'église épiscopalienne (elle sera ordonnée prêtre) sans toutefois renier complètement le paganisme.  

Avec son second mari, elle a également fondé le Aquarian Order of the Restoration, un ordre Wiccan qui aura pour but le retour au premier plan de la Grande Déesse (là aussi que l'on retrouvera longtemps dans son oeuvre) et qui sera dissout en 1982. C'est durant cette période qu'elle s'essayera au LSD. Drogue qu'elle expérimentera longuement entre 1965 et 1968 et dont elle cessera la consommation en 1978.

Marion Zimmer Bradley poursuit durant tout ce temps son écriture et fonde plusieurs fanzines et créera même une nouvelle dans le cycle du "Seigneur des Anneaux" de Tolkien autour du personnage d'Arwen, "le joyaux d'Arwen" (fanzine I Palantir #2, August 1961) et qui apparaitra également dans l'anthologie qui lui sera consacrée.

Mais le premier cycle qui va la révéler aux yeux du public est celui de  "Darkover" (Ténébreuse, en français) avec donc "Planet Savers" écrit en 1958 et publié en 1962 sous forme de nouvelle (91 pages) et qui sera le prélude de "La Planète aux vents de folie" sorti en 1972. Le cycle Darkover comptera dès lors 26 livres et nouvelles dont certains seront co-écrits avec de futurs grands écrivains de SF, à savoir, Deborah J. Ross, Adrienne Martine-Barnes et surtout Mercedes Lackey. L'histoire de Ténébreuse (Darkover) s'étire sur plusieurs générations et raconte l'histoire d'un vaisseau terrien qui s'écrase sur une planète et dont les membres survivants vont fonder une nouvelle civilisation. Ce cycle sera pour beaucoup le révélateur de carrières de futurs écrivains anglo-saxons mais aussi francophones. Plusieurs sites internet consacré à l'univers de Darkover verront d'ailleurs le jour dont les non-moins connu pour les initiés, www.tenebreuse.online.fr et www.cottman4.fr pour la France. Un fanzine est d'ailleurs fondé qui sera constitué de nouvelles sur l'univers de Darkover.

Le deuxième cycle qui révèle Marion Zimmer Bradley et qui la fait connaitre au monde entier est celui du Cycle d'Avalon dont le premier opus, "Les brumes d'Avalon" est publié en 1983. C'est alors un nouveau public qui s'ouvre à elle même si le livre en France est scindé en deux romans et perd une partie de ses pages au passage (je vous conseille donc de lire la version anglaise qui est beaucoup plus complète). Cette saga sera adaptée à l'intérieur d'une mini-série où figureront entre autres, Michael Byrne, Anjelica Huston, Julianna Marguiles. Inachevée par la mort de son auteur principale, c'est  Diana L. Paxon, sa meilleure amie qui achèvera le cycle.

Auteur prolifique, Marion Zimmer Bradley aura fait découvrir des dizaines de jeunes écrivains en les associant à ses histoires, en leur permettant de collaborer aux cycles ou à ses fanzines et aura permit à une nouvelle génération d'emerger. Son propre frère, Paul Edwin Zimmer contribuera d'ailleurs à l'oeuvre de sa soeur ainsi que son fils, David R. Bradley.

Marion a écrit plus de 80 livres et est décédée le 25 septembre 1999 d'un infarctus du myocarde.  Elle a remporté le prix Locus du meilleur roman Fantasy en 1984 pour les Brumes d'Avalon.

 

Parmi les cycles les plus connus, citons ceux  de :

- Darkover (Ténébreuse)

- Cycle d'Avalon

- Le cycle du Trilium

- Unité

- Les romans de Lumière

- Les pouvoirs perdus

- Le cycle des Atlantes

- Colin MacLaren

Son oeuvre continue de perdurer à travers la fondation :

Marion Zimmer Bradley Literary Works Trust  (http://www.mzbworks.com/)

 

 

A lire aussi dans ce blog : Adieu planètes - Les ruines d'Isis -

 

 

Quelques livres de l'auteur :

5953_769929.jpeg 200306_8918845.jpg 9782253109990-T.jpg 9782253121619-T.jpg 9782253141631.jpg 9782266173094.JPG AVALON.jpg BRUMES-AVALON.jpg chaine_brisee.jpg la-gladiatrice-marion-zimmer-bradley.gif la-planete-aux-vents-de-folie-marion-zimmer-bradley.gif pocket05565-1995.jpg reine-des-orages.jpg tOUR-INTERDITE.jpg

 

Tags : Marion Zimmer Bradley, Les brumes d'Avalon, Ténébreuse, Darkover, Unité, la planète aux vents de folie, Mercedes Lackey, Tolkien, le seigneur des anneaux, Wiccan, Morgan Ives, Amazing stories, les dames du lac , prix Hugo, prix Locus

 

Publié dans AUTEURS, Science-fiction

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article