OSCAR WILDE ET LES CRIMES DU VATICAN

Publié le par ISA-LITTERATURE

51M1ixlyHcL._.jpg

 

TITRE : OSCAR WILDE ET LES CRIMES DU VATICAN

AUTEUR : GYLES BRANDETH

NOMBRE DE PAGES : 404

EDITEUR : 10X18

ANNEE : 2012

 

RESUME :

 

En 1892, Arthur Conan Doyle, épuisé d’avoir crée son personnage Sherlock Homes, se retire au spa de Bad Homburg, en Allemagne. Mais sa cure de repos ne se déroule pas comme prévue. La première personne qu’il voit est Oscar Wilde et quand les deux amis font une série de découvertes macabres parmi le courrier des lecteurs auquel Conan Doyle avait prévu de répondre, (un doigt sectionné, une mèche de cheveux et même une main), ils sentent que le jeu ne fait que commencer.

 

 

AVIS :

 

   D'emblée, on peut se dire "Quelle bonne idée de réunir dans cette série, l'auteur du portrait de Dorian Gray et celui de Sherlock Holmes." Voilà un livre qui va dépoter !

   Mais est-ce vraiment le cas ?

   Parce que Conan Doyle reçoit une série de lettres contenant des bouts de membres humains, le voici lui et Oscar Wilde plongés dans une enquête au coeur du Vatican. Oscar Wilde, très apprêté de sa personne tout au long du livre s'avère être le pendant parfait de Sherlock Holmes. Oui ici, c'est l'auteur irlandais qui fait preuve de déduction, qui remarque les plus petits détails, qui est le vrai détective laissant à Conan Doyle le rôle d'un Watson et du narrateur.

   Truffé d'humour, montrant un visage peu connu et livrant des anecdotes sur Oscar Wilde, la première partie nous met illico dans l'ambiance avec la réception des membres humains. Ensuite, c'est un peu un voyage à travers la Rome papale et la société anglaise installée dans la ville éternelle. Beaucoup de détails, beaucoup de longueurs, beaucoup de langueurs Victorienne et malheureusement donc peu d'action durant les 200 premières pages. Tout est dans la déduction et l'étude de l'environnement (notamment la curie romaine). De temps en temps, nous avons une petite touche avec un indice qui permet de faire progresser l'enquête, mais elles se font rares, de sorte que le plaisir du début s'émousse au fur et à mesure que l'on avance dans le livre.

   Plein de charme anglais, de traits d'humour et de jolies tournures de phrases, ce livre est plaisant à lire mais ne ressemble pas vraiment à un polar au sens propredu terme. C'est une enquête gentillette. Le must résidant dans le fait de ce duo improbable, ersatz de Watson et de Sherlock, composé par deux des plus grands auteurs du Royaume-Uni.

  

 

 

NOTE : 13 3 étoiles

 

Acheter le livre

 

 

TAGS / MOTS-CLES : Oscar Wilde  - Vatican - Sherlock Holmes - John Watson - Conan Doyle - Auteurs irlandais - Curie romaine - Rome - Gyles Brandeth - Critique - Avis -

 

Publié dans Policier

Commenter cet article