Sexo Monarchie

Publié le par ISA-LITTERATURE

sexomonarchie.jpg

 

TITRE : SEXO MONARCHIE, ces obsédés qui gouvernaient la France

AUTEUR : Henri de Romèges

NOMBRE DE PAGES : 333

EDITEUR : Michel Lafon

 

RESUME :

 

    Henri IV, bon vivant, priapique et violeur : a levé une armée de 300 000 hommes pour les beaux yeux d'une blonde de 42 ans sa cadette. Louis XIV : ses folies amoureuses ont achevé de ruiner le royaume. Le Régent : ce partouzard a couché avec tout le monde, même avec sa fille. Louis XV : après des années de sagesse, est devenu pédophile. Napoléon Ier : 60 maîtresses officielles et des filles de toutes conditions livrées à chaque bivouac. Napoléon III : le meilleur client des maisons closes de Paris, et pourvu en actrices par le surintendant des spectacles.
Traits communs ? Ils n'étaient pas nécessairement obsédés sexuels au départ, à croire que la fonction crée le besoin... Ils prennent, parfois de force, mais ils paient. Très cher.

 

AVIS :

   Que faire dans un monde pour des monarques qui s'ennuit quand il n'y a pas de champs de bataille à proximité ? Conter fleurette aux belles de toutes sortes : courtisanes, bergères, domestiques, actrices, comtesses, filles de rue, etc. Eh oui, à ces différentes époques, il n'y avait pas grand chose à faire au détour des couloirs des palais. Alors chacun s'occupait comme il le pouvait et forniquait pour passer le temps. Mais si certains se plaisaient à aimer, d'autres se plaisaient à trousser sans consentement. Ainsi en est-il du Vert-Galant, Henri IV qui passe dans ces pages pour un violeur qui prenait même quand on lui résistait. (Rappelons qu'Henri IV ne se lavait que très très rarement et possédait une bouche édentée. Il y a mieux comme amant, non ?). Et Louis XV qui avait sur Paris une maison pleine de filles pour le distraire de sa dépression chronique. Bref, des monarques heureux ou plus souvent malheureux qui auraient peut-être préféré vivre comme de petits bourgeois, choisir une seule épouse et ne pas avoir à s'occuper d'un pays et des affaires d'état. D'autres bien au contraire que la fonction rendait plus vigoureux que jamais. Napoléon eut plus d'une soixantaine de maitresses, son neveu tout autant.

   Parfois il y a eu de l'amour, plus souvent, il n'y a eu qu'une distraction et l'essémage de petits bâtards au fil des routes de France. On passe aussi sur les maladies vénériennes qui les suivirent tout au long de leur vie.

 

   Mais fi des désagréments, leurs maitresses  leur rendirent bien leurs maux. Un baiser ? Une charge. Un calin plus appuyé ? Un château ! une coucherie ? Des bijoux par dizaines ! Certaines ont eu la part belle, on vu leurs enfants se faire reconnaitre, leur famille se faire entretenir allant même jusqu'à coûter à l'état l'équivalent de plusieurs millions d'euros actuels. Un service pour un rendu en somme.

 

   Un livre cocasse qui mêle humour, histoire sans jamais chercher à excuser et raconte la vie telle qu'elle était à l'époque, sans fioriture écrit par un homme qui connait parfaitement son sujet.

 

NOTE : 19 5 étoiles

 

Acheter le livre

 

Mots-clés : Monarchie - courtisane - maitressesroyauté - versailles - vert galant - Napoléon - Bonaparte - Louis XIV - Louis XV - Maintenon - Montespan - Du Barry - Rachel - Actrice - Critique - Avis -

 

Publié dans Histoire

Commenter cet article