Le dernier Hyver, de Fabrice Papillon

Publié le par AU DETOUR D'UN LIVRE-LITTERATURE

Le dernier Hyver, de Fabrice Papillon

Résumé : Marie, jeune biologiste, stagiaire à la police scientifique, se trouve confrontée à une succession de meurtres effroyables, aux côtés de Marc Brunier, homme étrange et commandant de police de la " crim " du Quai des Orfèvres. Peu à peu, l'étudiante découvre que sa propre vie entre en résonance avec ces meurtres.
Est-elle, malgré elle, un maillon de l'histoire amorcée à Alexandrie seize siècles auparavant ? Quel est ce secret transmis par Hypatie et au cœur duquel se retrouve Marie ? L'implacable destin peut-il être contrecarré ou " le dernier Hyver " mènera-t-il inéluctablement l'humanité à sa perte ?

Auteur : Fabrice Papillon
Nombre de pages : 624
Edition : Belfond
Date de parution : 5 octobre 2017
Prix : 21.90€ (Broché) - 14.99€ (epub, mobi)
ISBN : 978-2714475435

 

Avis / Critique :
L'antiquité.
Une femme, Hypatie, est poursuivie par des chrétiens dans les rues d'Alexandrie. Son tort ? Ne pas croire en la nouvelle religion, mais dans celle des anciens.
Lapidée, brûlée, elle a eu le temps d'inscrire dans un codex, son secret. Celui qui doit permettre de créer l'être unique et parfait. Celui qui ramènera la paix dans le monde. 
Menacée, son œuvre parviendra cependant à traverser les siècles grâce aux penseurs et scientifiques, tels que Paracelse, Léonard de Vinci, John Dee, Voltaire, jusqu'à ce que le miracle enfin puisse se produire.

De nos jours, une série de meurtres étranges voient le jour en France. De jeunes femmes sont torturées, brûlées.
Leur point commun ? On retrouve le symbole d'Hermès, le dieu de l'alchimie sur chaque scène de crime, et une ressemblance troublante dans l'ADN de chaque victime.
Qui sont ces meurtriers vêtus de noir comme lors de l'inquisition, et qui poursuivent la jeune Marie, stagiaire dans la police ? Quels sont ces secrets auxquels elle semble mêlée ? Que contient véritablement le codex ?
Autant de questions qui trouveront leur solution au fil des pages du thriller ésotérique de Fabrice Papillon.

L'auteur est un journaliste scientifique et cela se ressent dans son livre. Rien n'est laissé au hasard. Les arcanes du 36 du quai des orfèvres, de la police scientifique, des sous-sols de Paris, les termes techniques sont décrits comme si le lecteur se trouvait sur place. Parfois, ils sont nécessaires et pertinents, d'autres fois, cela enlève du plaisir à la lecture, car trop présents comme certaines longueurs quand Fabrice Papillon nous conte l'histoire du codex à travers ses passeurs divers et multiples.
L'histoire, cependant, est diablement prenante. A chaque chapitre, le lecteur se demande ce qu'il va se passer.
Le mystère imprègne le roman tout du long. Chacun suivra donc les pérégrinations de Marie, un peu perdue comme nous entre alchimie, génie génétique, assassinats. Une Marie à la recherche de sa vie, de sa révélation, de la compréhension et de l'aboutissement de cette énigme qui remonte au début de l'antiquité, traverse l'histoire de femmes éblouissantes telles Elisabeth Ière, Marie Curie, Irène Joliot-Curie, et se poursuit par une étrange ferme en Écosse, avec une conclusion qui offre sa revanche à une partie de l'humanité.
Car, oui, il y a aussi un message dans ce livre.
A l'instar d'une certaine série d'aujourd'hui qui clame : "Winter is coming". Dans le livre passionnant de Fabrice Papillon, c'est plutôt, sans jeu de mots :  "Hyver is coming".
Un thriller maîtrisé par son auteur.
Une réussite.

Merci à notre partenaire,  Agnès Chalnot Communication de nous avoir fait découvrir ce roman

Extrait :

La Mégane franchit la barrière de sécurité en douceur. Marc Brunier rêvait de cet instant depuis quatre heures. Il allait enfin déplier sa carcasse et raviver la circulation sanguine dans ses longues jambes comprimées pendant tout le trajet.
Il avait traversé la moitié de la France d'une traite, à plus de cent cinquante kilomètre-heure. L'autoroute A6 avait défilé, sans clim ni régulateur de vitesse, le pied droit rivé sur l'accélérateur et avec la chaleur étouffante de l'été caniculaire pour seule compagne.
En route, il n'écoutait pas la radio ni ne téléphonait. Il traçait. Une seule idée en tête : débarquer au plus vite au SCPTS d'Ecully.
Tandis qu'il s'extirpait du véhicule, le visage en eau, il ressentit une sévère contracture dans sa jambre droite, au point de claudiquer. Un jeune lieutenant l'attendait au bout du parking.
-- Bonjour, commandant. Le voyage a été éprouvant ?
-- Ouiais, caisse de prolo, clim en rade. Je vais la bousiller, cette merde, on sera bien obligé de m'en filer une nouvelle.
Brunier était d'une humeur massacrante. Outre la fatigue du voyage, les nuits blanches à piétiner sur l'enquête faute d'indice probant lui gâchaient l'existence. La découverte du passage souterrain entre le métro et la boutique Hermès n'avait rien donné, aucune trace exploitable, sinon un ouvrage détonnant creusé à l'aide de burineurs électriques haute fréquence qui avaient suscité l'admiration des experts. L'assassin se donnait les moyens de comparaison, elle s'avérait pour l'heure parfaitement inutile; Restait la ribambelle de symboles gravés sur le mur du ventilateur mais aussi sur les dents de la victime, dont seul le fameux bâton avec ses deux serpents enroulés résonnait clairement avec la scène de crime et la statue du dieu. La rame qui avait failli lui coûter la vie. Le bras défoncé de Varin, qui se remettait péniblement. Il ne pouvait s'empêcher de ressasser cette course-poursuite avortée par l'évaporation inexplicable du suspect.
Et maintenant ce second massacre, à cinq cents kilomètres, qui compliquait sévèrement la donne.
Au lendemain de la découverte du corps, Marie s'était empressée d'alerter la commissaire Cagnière sur les similitudes évidentes avec l'affaire de la boutique Hermès. La divisionnaire s'était rapidement laissé persuader, d'autant qu'elle paraissait préoccupée par ces dossiers glaçants et atypiques. Elle avait informé personnellement son homologue de la Crim, le commissaire Giudicelli, qui s'était à son tour efforcé de convaincre le procureur de la République de Paris et de Clermont-Ferrand s'étaient accordés en quarante-huit heures. Puis la Direction des affaires criminelles et des grâces avait approuvé le rapprochement. Au huitième jour, la chancellerie s'apprêtait à transférer le dossier à Paris...
Cet extrait est tiré de l'édition broché

Tags : le dernier hyver fabrice papillon, fabrice papillon le dernier hyver, le dernier hyver, fabrice papillon, editions belfond, le dernier papillon belfond, fabrice papillon journaliste, fabrice papillon biographie, fabrice papillon livre, fabrice fort papillons blancs, scientifilms, génétique, chromosome XY, chromosome XX, chromosome XYY, chromosome YY, recherches génétique, avis, extrait, critique, télécharger, téléchargement, ebooks gratuits, livres gratuits, epub gratuits, pdf gratuits, nouveauté littéraire, codex, léonard de vinci, john dee, voltaire, hypatie d'Alexandrie, philosophie

Publié dans Thriller

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article