Les complicités involontaires, de Nathalie Bauer

Publié le par AU DETOUR D'UN LIVRE-LITTERATURE

Les complicités involontaires, de Nathalie Bauer

Résumé : Par un jour d'avril, Corinne V., psychiatre, reçoit dans son cabinet une quinquagénaire, Zoé B., désireuse d'entreprendre une analyse. Reconnaissant en elle une ancienne amie, elle s'apprête à l'adresser à un confrère, quand Zoé lui révèle qu'elle souffre d'une amnésie ayant effacé ses souvenirs de jeunesse. Et qu'elle est atteinte depuis toujours d'une "mélancolie" dont la cause, elle en est persuadée, réside dans la mystérieuse histoire de sa famille paternelle - histoire dont son père ne lui a transmis qu'une infime partie.

Auteur : Nathalie Bauer
Nombre de pages : 206
Edition : Philippe Rey
Collection : ROMAN FR.
Date de parution : 24 août 2017
Prix : 19€ (broché)


RENTREE LITTERAIRE 2017

Avis / Critique :

Auteure des indomptés, entre autres, Nathalie Bauer revient en cette rentrée littéraire 2017  avec "Les complicités involontaires". 
Son roman se penche sur l'histoire d'une femme, Zoé B qui vient consulter pour une thérapie, une psychiatre, Corinne V, ancienne camarade qu'elle ne semble pas reconnaitre. Amnésique, elle se plonge dans son passé familial, celui de ses parents, de ses grands-parents qui vont se faire rattraper par la Seconde Guerre mondiale. Elle partage chacun de ses mémos avec Corinne qui, brisant le code déontologique accepte de la prendre en analyse et va, alors passer de Charybde en Scylla dans la transgression.
Un jeu de miroir s'installe entre les deux. Plus Zoé B se détache, plus Corinne V s'immisce et se replonge elle-même dans un passé, le sien, et prend des décisions qui vont bousculer sa vie.

Malheureusement pour Nathalie Bauer, ce livre est assez insipide, plat. Il ne se passe rien. Les lignes se sont écrites, semble-t-il, dans une langueur toute monotone, mélancolique à l'instar de la vie des personnages. A aucun moment, on ne parvient à se mettre à la place de l'une ou l'autre des héroïnes, de l'un ou l'autre des personnages familiaux.
Dès le départ, on est quelque peu bousculé par ce psychiatre qui, envoie balader en deux temps trois mouvements son code de déontologie, sans trop se poser de question, transgressant les articles plus vite que son ombre. Ensuite, nous avons une Zoé B. qui ne s'écrit qu'à travers les autres, égoïste, sans grand intérêt.
Les mémos sont peut-être dans la première partie ce qui est le plus intéressant dans ce roman. On s'y plonge assez facilement, et puis malheureusement dans la seconde partie, cela s'éteint, retombe. Le rythme n'est plus là.

La fin se devine assez vite, et c'est peut-être la seule partie d'ailleurs qui donne un souffle d'élan à l'ensemble. 
Dommage pour ce roman. Dommage pour Nathalie Bauer qui a une plume, c'est indéniable.
Moins mélancolique, moins triste, tourné autrement, on se serait sûrement plus attaché à ces Complicités involontaires.

Merci à l'agence AnneetArnaud pour nous avoir fait partager ce roman

Extrait :

Je ne m'étais pas trompée : nous nous revîmes rarement au cours des mois qui suivirent mon inscription à la faculté de médecine, tant nous avions de notions à apprendre et à emmagasiner pour nous présenter à nos concours respectifs. De plus, j'avais quitté le foyer d'étudiantes où résidait encore Agathe et emménagé dans un studio dont mes parents, enfin satisfaits de mon choix, me payaient le loyer. Contrairement à moi dans ma matière, Agathe et Zoé échouèrent en fin d'année, obtenant des rangs qui ne leur permettaient même pas d'être admissibles, ce qui ne dissuada pas la seconde d'opter pour le redoublement, tandis que la première décidait de continuer ses études à la Sorbonne.
Nous étions donc toutes trois dispersées quand, un après-midi de novembre, je reçus un appel de Zoé qui m'invitait à l'accompagner le soir même à un concert de jazz dans un club de Saint-Germain des Prés. Dans ce club, précisa-t-elle avec une nonchalance qui pouvait laisser croire que nous nous étions parlé la veille, il était possible de dîner à l'étage, mais mieux valait s'installer le plus tôt possible devant la scène pour écouter la musique tout près des interprètes. Et comme je demandais si Agathe serait de la partie, elle déclara : "Depuis qu'elle est maquée, on ne peut rien tirer d'Agathe.
- Maquée ? " répétai-je.  Elle me raconta alors que notre amie fréquentait depuis peu "un garçon sans fantaisie" et ajouta, la voix remplie de mépris :"Au point où en sont les choses, elle ne tardera pas à l'épouser, reniant tous nos principes de liberté. Sa conduite est pathétique. Ou plutôt répugnante. "
C'était sans doute une des ses exagérations habituelles ou peut-être un effet de la jalousie, songeai-je, et, j'avais beau ne pas aimer les invitations de dernière minute, je la retrouvai à l'heure convenue rue Saint-Benoit, devant Le Bilboquet, où devait se produire, comme le clamait l'affiche, un quintet composé d'une chanteuse américaine et de musiciens français.
Dans l'attente de leur arrivée, nous nous assîmes à une minuscule table ronde, au pied de la scène, et Zoé poursuivit la conversation en avalant, non en sirotant comme moi, un gin-tonic. Tout autant agitée qu'au téléphone, elle sautait du coq à l'âne, évoquant l'ennui des cours, les films qu'elle n'avait pas le temps de voir et de nouveau le garçon, un agent immobilier, pour lequel, d'après elle, Agathe avait perdu la tête, aussi la soupçonnais-je de ne pas être dans son état normal : avait-elle déjà bu avant de venir ? S'était-elle disputée avec quelqu'un ? Avait-elle un chagrin à oublier ? Il lui fallut une vingtaine de minutes pour remarquer que j'avais troqué mes lunettes contre des lentilles de contact, autre récompense de mes parents ; pour le reste, je portais mon jean habituel, alors qu'elle arborait une longue jupe de flanelle sur des bottes, une chemise et un gilet d'homme que je ne lui connaissais pas, ainsi qu'un chignon lâche - un autre style de tenue, donc, mais pas plus à la mode que le précédent.

Bienvenue dans la boutique J'ai Lu

Découvrez le catalogue des éditions J'ai lu, acteur de référence sur le marché du livre de poche. Avec près de 5000 références en littérature, policier, humour, document, imaginaire, développement personnel, ésotérisme et romance, J'ai lu offre, à petit prix, le meilleur de chaque littérature.

 

Tags : Les complicités involontaires, Nathalie Bauer, nathalie bauer les indomptées, nathalie bauer france inter, nathalie bauer des garçons d'avenir, nathalie bauer les indomptées, nathalie bauer biographie, philippe Rey, psychanalyse, psychiatrie, analyse, rentrée littéraire 2017, rentrée litteraire, téléchargement, télécharger, telecharger, ebooks gratuits, ebooks, epub, mobi, pdf, livres gratuits, résumé, avis, critique, extrait, Nathalie Bauer 2017, Nathalie Bauer prix, Nathalie Bauer 2018, Nathalie Bauer livres, Nathalie Bauer bibliographie, Nathalie Bauer wikipedia, Nathalie Bauer wiki#AuDetourDunLivre #NathalieBauer #LesComplicitesInvolontaires   #AuDetourDunLivr #Psychologie #Psychanalyse

Publié dans Roman psy

Commenter cet article