Le dernier secret du Vatican, de Steve Berry

Publié le par AU DETOUR D'UN LIVRE

Steve Berry - Le dernier secret du vatican - "www.audetourdunlivre.com"

 

Résumé : 325. L'empereur Constantin convoque à Nicée un concile général des évêques de l'Empire romain afin de fixer les dogmes de l'Église chrétienne.
1070. L'Ordre religieux et militaire de Saint-Jean de Jérusalem est créé. Après l'expulsion des croisés de Terre sainte, il s'installe à Malte et reçoit, en 1312, les biens des Templiers. En 1798, sur les traces d'un secret bien gardé, Bonaparte arrive dans l'île et provoque l'éclatement de l'Ordre.
2019. À la mort du pape, un conclave se réunit...

Auteur : Steve Berry
Nombre de pages : 512
Édition : Éditions du Cherche-Midi
Collection : Thriller
Date de parution : 6 juin 2019
Prix : 23€ (Broché) - 15.99€ (epub, mobi) - 8.70€ (poche)
ISBN : 978-2749161839

__________

Avis / Critique :

 

Le livre de l'avocat Steve Berry commence à la fin de la Seconde Guerre Mondiale. Nous sommes en présence de Mussolini, prisonnier, qui est visité par un officier allemand, porteur d'une bague qui l'identifie comme un membre de l'ordre des chevaliers de Malte. L'homme est venu chercher des informations sur un trésor connu de Mussolini en échange de sa libération.
Celui-ci refuse.
De nos jours, Cotton Malone est en mission. Il doit récupérer une serviette de documents pour le compte du MI6. Mais voilà qu'il n'est pas seul sur l'affaire.
Malte.
Luke, le neveu de l'ancien président Danny Philips est en charge de surveiller le cardinal Gallo qui se verrait bien être le prochain Pape. Ce même Gallo, à la recherche de la Nostra Trinité reçoit la visite de celui qui supervise l'Organisme, l'archevêque Spagna. Le frère du Cardinal, Pollux Gallo est lui aussi sur l'affaire. Et pour cause, il est à la tête de l'ordre des chevaliers de Malte et cherche à préserver des mains de ceux qui en ferait mauvais usage le trésor.
Où bien a-t-il un autre but ?
Tout tourne donc autour du secret qu'aurait emmené avec lui Mussolini dans la tombe et qui concerne, d'une part des documents comme le document de Constantin, qui régit l'élaboration de la chrétienté, mais aussi la Nostra Trinité, offert au XIIIème siècle aux chevaliers. 
Chevaliers de l'ordre de Malte, faux chevaliers, espions, hommes de la Mission Magellan, hommes du Vatican, tout le monde cherche à être le premier pour mettre la main sur ce fameux "Trésor".

 L'intrigue se déroule donc sur l'île de Malte et, Steve Berry, comme dans ses précédents romans nous gratifie en plus de l'action, de nombreuses anecdotes qu'elles soient sur le Vatican et ses tréfonds, mais aussi et surtout sur l'histoire de l'île de Malte et l'origine de l'ordre des Chevaliers qui l'ont occupée et qui officient toujours aujourd'hui.
Si l'auteur ponctue le tout de descriptions parfois qui ne sont pas très utiles, le lecteur aura plaisir néanmoins à suivre cette nouvelle aventure de Cotton Malone, meilleure à mon sens que la précédente (chroniquée également sur ce blog), car pleine d'actions et de rebondissements.
N'hésitez donc pas à vous laisser entraîner au cœur de Malte et du mystère de la Nostra Trinité, le tout manœuvré par des arcanes du Vatican.
Ce dernier secret du Vatican est un bon Steve Berry.

 

____________

Extrait :

Cotton posa le fusil et souleva un coin du tapis persan qui recouvrait le plancher du bureau. Il examina les lames du parquet, qui étaient toutes grêlées et patinées ; à première vue, rien ne semblait inhabituel.
Tout était cloué, bien en place.
Il se mit à genoux et entreprit de tapoter doucement la surface, à la recherche de la cachette dont on lui avait dit qu'elle se trouvait là. Il finit par détecter un creux. Il continua à tapoter et repéra le contour d'une cavité de forme carrée. Pour l'ouvrir, il avait apporté un couteau de poche qu'il avait acheté la veille en venant de l'aéroport.
Il déplia la lame.
Il lui fallut quelques minutes mais il réussit à faire sauter un panneau composé de lames soudées. A en croire l'absence de poussière et de saletés dans les rainures, il semblait avoir été  enlevé récemment, puis remis en place. Sous le plancher, il découvrit une petite cavité qui contenait un porte-documents très usé, en peau d'éléphant, lui avait-on dit, dont le fermoir était cassé, tenu par un cordon.
Il le sortit.
Gravé sur le flanc, on voyait un aigle sur un perchoir, les ailes déployées, serrant un fagot de bâtons avec une hache.

C'était un symbole antique datant de la Rome impériale, signifiant le pouvoir de vie et de mort. Des organisations politiques italiennes au 19ème siècle et au début du 20ème l'avaient régulièrement adopté comme emblème. Finalement, il était apparu sur le drapeau du Parti national fasciste, qui tirait son nom du symbole : fasces, ou faisceaux.
Il ouvrit le porte-documents.
A l'intérieur se trouvait un trésor parfaitement préservé de documents protégés par une épaisse toile cirée. Il lisait parfaitement l'italien et plusieurs autres langues - un des avantages de posséder une mémoire eidétique. Il put ainsi faire un rapide inventaire du contenu en feuilletant les pages fragiles. La plupart d'entre elles traitaient de la guerre, d'activités des partisans et de manœuvres militaires. Il y avait quelques lettres tapées à la machine signées d'Hitler, des originaux, avec des traductions en italien attachées, et des copies carbone de courriers envoyés en Allemagne. Quelques-unes comportaient des post-scriptum et des annotations manuscrites dans la marge. A la fin de la pile se trouvait un paquet de lettres d'avant la guerre, échangées entre Mussolini et Churchill.
Mais il y en avait plus de cinq.
Onze, au total.
Apparemment, le vendeur en gardait quelques-unes en réserve.
Jackpot.

 

 

A lire du même auteur :
- L'héritage Malone
- Le secret des rois
- Le mystère Napoléon

__________________

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article