La maison, de Vanessa Savage

Publié le par AU DETOUR D'UN LIVRE-LITTERATURE

vanessa-savage-la-maison-la-martiniere-audetourdunlivre.com

 

Résumé : La maison où Patrick a passé toute sa jeunesse n'est pas une demeure comme les autres. Quinze ans plus tôt, elle a été le théâtre d'un drame inconcevable : toute une famille y a été retrouvée massacrée...

Auteur : Vanessa Savage
Nombre de pages : 448
Edition : La Martinière
Collection : Blanche
Date de parution : 7 juin 2018
Prix : 21.90€ (Broché) 
ISBN : 978-2732486260

_____________

Avis / Critique :

Patrick, le mari voudrait tant revenir habiter dans la maison de son enfance qui a aussi été le témoin d'un drame : celui de la mort de toute une famille. Sa femme, qui se relève doucement d'une dépression pense qu'ils n'en ont pas les moyens, mais tente de faire bonne figure. Finalement, après une tentative de suicide (réelle ou pas), la famille déménage dans la maison de l'horreur.
Tout va alors basculer et le passé va resurgir en déferlante pour tout balayer sur son passage. Les mensonges vont être révélés, les façades tomber, et la noirceur s'installer. Jusqu'à l'issue fatale ? Ce sera à vous de le deviner en lisant ce livre de Vanessa Savage qui porte bien son nom "La Maison". Car c'est elle qui est au centre de l'histoire, qui tient la première place, les personnages gravitant autour pour le meilleur et surtout pour le pire dans ce petit port du Pays de Galles.

Voilà un livre que je n'aurai pas forcément poursuivi si je ne m'étais pas obligé à passer sur le présent de la narration (qui me dérange toujours. C'est devenu la mode chez les traducteurs ou les auteurs, il faut le croire). Passé donc ce premier cap et le début qui ne m'a pas plus emballé que cela, car il faut dire que le personnage qui raconte, Sarah, n'est pas très intéressant. Femme dépressive, elle vit les évènements avec un œil morne, mais c'est ce qui va donner toute l'intensité au reste, puisque c'est en suivant son parcours que le lecteur va découvrir ce qui se trame dans "La Maison".

Le suspens monte ensuite crescendo. On ne sait plus qui dit la vérité, qui ment, qui manipule, qui est la victime, qui rôde autour de La Maison, qui est parano, qui est le bourreau et même à la fin, on parvient encore à douter par moment.
Cette histoire est finement construite et amenée par Vanessa Savage, et cette maison du crime redevenue maison familiale se pare en maison de l'angoisse au fil des pages.
Une fois passé la moitié du livre, difficile de le lâcher. Le seul bémol pour moi est le personnage de la mère, un peu caricatural, mais il le fallait sûrement pour poser l'intensité des évènements à venir.
Un bon thriller psychologique avec une photo de couverture qui résume bien le contexte. A lire en hiver pour avoir plus de sensation, mais en été ça marchera tout aussi bien, le soir à la nuit tombée...
 

Merci à l'agence Anne et Arnaud pour m'avoir fait découvrir ce livre.

 

 

 

_____________________________

 

Extrait :

1- Janvier 2016

- Joyeux anniversaire, Sarah.
J'ouvre les yeux. Patrick se tient à côté du lit, habillé, un cadeau dans les mains. Je jette un coup d’œil au réveil-huit heures. Aïe, les enfants, le petit déjeuner de Patrick ! J'aurais dû me réveiller il y a une heure.
- Ne t'en fais pas, dit-il en s'asseyant.
Il passe la main dans mes cheveux et dépose un baiser sur mon front.
- Mia et Joe sont déjà partis à l'école. Tu peux rester au lit.
Il me tend le cadeau. Je me redresse et tire la couverture sur moi.
Je regarde le parquet. Le papier gris métallisé, les angles parfaitement formés, le ruban argenté qui forme un petit nœud très élégant.
- Mais ce n'est pas...
- Pas un vrai anniversaire, non. C'est plus important que ça.
Il dépose un autre baiser sur ma main. Puis il la retourne, embrasse ma paume et remonte ainsi jusqu'à mon poignet. J'en ai la chair de poule. Il sourit de constater l'effet qu'il me fait.
Je cherche à me rappeler la date. Ouf, ça me revient. C'était un 21  janvier, notre première rencontre.
- Ouvre.
Mes doigts s'emmêlent dans le ruban. Il se moque gentiment de moi et m'aide à déchirer le papier. J'ouvre la boite.
C'est un CD. Perplexe, je m'en empare,  puis souris en voyant ce que c'est. Il s'agit d'un vieil album de The Verve avec Bitter Sweet Symphony en premier titre.
- Tu te souviens ?
Bien sûr que je me souviens. je ferme les yeux. Une soirée étudiante, une salle sombre et enfumée, la moquette souillée de mauvais alcool. On était tous bourrés, éclatés sur le sol à se passer les bouteilles. Bitter Sweet Symphony commence à jouer, et un homme m'invite à danser. Son costume contraste nettement avec le style de la soirée. Au milieu de tout ce bruit, de tout ce monde, il me fait tournoyer comme dans une salle de bal.
- J'ai pensé qu'on pourrait danser sur cette chanson ce soir, dit-il. Ressors tes Doc Martens, je vais balancer du rhum par terre.
Il m'embrasse à nouveau, cette fois en prenant son temps. Je respire l'odeur de son after-shave, ce parfum lourd et épicé qui a toujours été le sien. Ses lèvres ont le goût de café, je sens sa joue râpeuse contre ma peau.  Je suis encore à moitié endormie, et je me demande depuis combien de temps. Depuis combien de temps n'avons-nous pas fait l'amour le matin, doucement, paresseusement, sans faire de bruit à cause des enfants ?

 

_______________________

Tags : La maison de Vanessa Savage, La maison Vanessa Savage, Livre Vanessa Savage, La maison de Vanessa Savage amazon, édition la martinière, thriller, thriller psychologique, la maison livre, ebooks gratuits, ebooks epub, epub gratuit, la maison thriller avis, la maison thriller critique, la maison vanessa savage avis, la maison savage critique, la maison vanessa savage critique, la maison vanessa savage epub, la maison vanessa savage pdf gratuit, télécharger livres gratuits, Le meilleur site de critiques de livres sur le net, audetourdunlivre.com, critiques de livres, blog littéraire, blog de littérature, les meilleures critique de livres, le site des critiques de livres, les meilleurs avis de livres sur le net

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article