Les voies d'Anubis, de Tim Powers

Publié le par AU DETOUR D'UN LIVRE-LITTERATURE

Les voies d'Anubis, de Tim Powers

Résumé :

Lorsque vous êtes écrivain spécialiste de Samuel Coleridge et que l'on vous propose d'assister à une de ses conférences, résisterez-vous bien longtemps ? Et le fait que l'on soit en 1983, près d'un siècle après la mort du poète ne semble pas être un obstacle insurmontable. En effet, un savant anglais a découvert que le temps est un long fleuve sur lequel existent des brèches qu'on peut emprunter, passant de l'une à l'autre quasi instantanément. Brendan Doyle, jeune auteur américain, se retrouve en 1805 dans une Londres victorienne, flamboyante et décadente. Mais alors que son expédition devait passer inaperçue, il est enlevé par un étrange magicien aidé d'une bande de bohémiens. Il se retrouve alors plongé dans un complot à travers les âges qui vise à détruire l'Angleterre et à rétablir la puissance de l'ancienne Égypte.

 

 

Auteur : Tim Powers
Nombre de pages : 480
Edition :  Bragelonne
Collection : Steampunk
Date de parution : 2003 (originelle) - 2015 (dernière édition)
Prix : 25 euros (broché) - 12.99 euros (epub) - 6.70 euros (poche)

------

Avis / Critique :

Tim Powers a obtenu avec ce livre, le prix Apollo en 1987, une des plus grandes distinctions de la SF (jusqu'en 1990) avec les prix Hugo et Nebula (eux, toujours d'actualités). Et la question que je me pose est : comment est-ce possible ? Encore Nebula, j'aurai pu comprendre. De Nebula à Nebuleux, il n'y a qu'un pas.

Je m'explique.

Le postulat offrait une thématique de départ bien intéressante : la résurgence des dieux Egyptiens. Le début, pose tant bien que mal les bases. Ici, l'histoire commence avec l'universitaire Brendan Doyle qui, engagé par un vieil homme fortuné, se voit proposer de rencontrer le poète auquel il a dédié une thèse, en 1810. Là, en compagnie de son mentor, il se fait enlever par une troupe de tsiganes menée par un homme étrange, le docteur Romany. De là, il parvient à s'enfuir et se retrouve à devoir mendier dans le vieux Londres tout en prenant garde aux sorciers qui l'entourent et à un loup-garou. De Londres à l'Egypte, il n'y a qu'un pas. Les adeptes d'Anubis réussiront-ils à rétablir le règne de ce dieu ou Doyle parviendra-t-il à les contrecarrer ?

Au bout de la première centaine de pages, on s'ennuie, il faut bien le dire. Oui, bien sûr, le héros est arrivé dans le vieux Londres, mais de pages de détails en page de détails, façon Zola versus Proust, l'histoire s'embrouille, le rythme s'alanguit, l'attention se perd.

C'est un mélange d'histoires, de situations que nous offre Tim Powers avec les Voies d'Anubis et c'est ce qui plombe littéralement son roman qui avait pourtant de quoi passionner le lecteur s'il avait fait des coupures. Le voyage temporel a depuis toujours été l'une des thématiques les plus usités dans la science-fiction mais là où, je trouve que, H.G. Wells, Pierre Boulle, Poul Anderson, Connie Wilson, Robert A.Heinlein, y parviennent, Tim Powers échoue complètement. Non pas dans l'histoire, mais dans sa manière de la faire vivre et de la rendre dynamique. Il y a malheureusement dans son ouvrage beaucoup de passages qui ne servent à rien et contribuent trop à la lourdeur de l'ensemble.

Bref, une très bonne idée de départ, mais qui s'est vue complètement plombée par le rythme donné par l'auteur.

---------

 Extrait :

 

C'était une grotte souterraine issue de l'effondrement , Dieu sait en quelle époque reculée, d'environ douze niveaux d'égouts dont les débris depuis lors s'étaient vus emportés par les récupérateurs et les crues d'autres temps. Elle formait une énorme salle dont les poutres massives supportant le pavé de Bainbridge Street constituaient le plafond - l'affaiblissement n'étant pas tout à fait remonté jusqu'en surface - et qui avait pour sol les vastes dalles des jours anciens où Londinium était un poste militaire romain avancé dans les sauvages et hostiles profondeurs des pays celtes. A diverses hauteurs dans cette pénombre de cathédrale, on distinguait des hamacs suspendus à de longs cordages et, déjà, des hommes en haillons qui, tells des araignées le long de leur fil, grimpaient s'y installer confortablement. Commençaient également de se multiploer les flammes rouges et fumeuses des lampes à huile accrochées aux tronçons de charpente saillant de la paroi près des nombreux collecteurs interrompus qui la perçaient. De l'un de ces dégorgeoirs, dans la partie supérieure de la salle, jaillissait une mince et régulière cascade dont l'arche fine se faisait plus diffuse à mesure qu'elle descendait vers la gerbe d'éclaboussures montant à sa rencontre depuis l'eau noire d'un bassin.

Une longue table se dressait sur le dallage et, perché sur la pointe des pieds, un nain chenu et difforme y disposait sur une nappe de lin la porcelaine et l'argent d'un couvert raffiné, non sans grommeler de temps à autre lorsque la netteté de son travail se voyait gâchée par les rognures de cuir ou par les gouttes d'alcool que les seigneurs mendiants laissaient respectivement choir de leurs chaussures et de leurs flasques.

----------

Tags : Prix Apollo, Tim Powers, Les voies d'Anubis, dieux égyptiens, Horus, science-fiction, livres, ouvrages, écrivains américains, romans, epub, pdf, mobi, télécharger, gratuits, gratuit

Vous lisez beaucoup ?
Rendez vos lectures moins onéreuses en profitant des avantages
de la Kindle et d'amazon premium et empruntez des milliers de livres gratuitement.

     

Publié dans Science-fiction

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Nicolas 05/07/2017 10:17

Ah j'avais beaucoup aimé pour ma part, c'est vrai que le rythme est effréné, mais c'est un parti pris que j'ai apprécié. Un vrai plaisir de lecture pour moi!

AU DETOUR D'UN LIVRE-LITTERATURE 05/07/2017 14:24

Plus jeune, il m'avait aussi plutôt laissé un bon souvenir que je n'ai malheureusement pas retrouvé en le lisant plus tard. Comme quoi, à plusieurs années d'intervalles, on peut ressentir les choses différemment.