Stephen Girard, Marin bordelais et banquier américain

Publié le par AU DETOUR D'UN LIVRE-LITTERATURE

Stephen Girard, Marin bordelais et banquier américain

Résumé : Qui donc en ce milieu du XVIIIe siècle, aurait pu penser que le garçonnet borgne et plutôt disgracié, qui entrainait une bande de garnements de son âge dans les ruelles tortueuses des vieux quartiers de Bordeaux, serait, cinquante ans plus tard, l'homme le plus riche des Etats-Unis et l'un des plus puissants personnages de la jeune République Américaine.


Auteur : Robert Mathieu
Nombre de pages : 221
Editeur : France-Empire
Date de parution : 1981
Prix : 8.50 euros (Broché)

Avis / Critique :

Etienne Girard, dit Stephen, est fils d'un négociant marin. Il est né à Bordeaux et aura un destin exceptionnel : il fondera aux Etats-Unis un empire qu'il lèguera à la ville de Philadelphie, sauvera ces mêmes Etats-Unis de la faillite en 1816, et sera le premier millionnaire de son histoire.
Aujourd'hui, pas un pas dans cette ville sans passer par la Girard Avenue, la Girard Plazza, le College Girard, la Girard Bank, etc... L'homme dont la France et sa ville natale ne se souviendra pas, naquit en 1750, côtoya Jérome Napoléon, fomentera une tentative d'évasion pour extirper Bonaparte de l'île d'Elbe, fit commerce entre les îles Saint-Domingue et les Etats-Unis, avec la Chine, et devint immensément riche (mis à jour, sa fortune d'alors équivaudrait à 7.5 milliards de dollars, aujourd'hui).
Et pourtant, rien ne prédestinait le jeune Etienne à ce destin hors normes. Ce destin, il le doit à un accident qui le marqua à vie et dont il subit les séquelles non seulement physiques, mais aussi morales. Une simple coquille d'huitre, marquera sa vie. Le mollusque chauffé sur le feu, s'ouvrit, l'huile dans laquelle elle baignait lui explosa au visage et le marqua, lui brûlant l'oeil droit. Un coup de poing acheva le travail et le rendit borgne.

Blessé, ne voyant plus que d'un oeil, l'enfant de 11 ans, est alors aux prises avec les quolibets. Sa belle-mère le rejette ainsi que ses frères et soeurs. Lui, trouve refuge chez les gamins pauvres du quartier du port. Il apprend l'école de la rue. Elle fera sa richesse. Quand il a l'âge, Etienne fait ses armes de mousse, d'abord sur l'un des bateaux de son père, puis deviendra capitaine à 24 ans. C'est à ce moment que son destin bascule. Faisant fi de tous et de tout, il se lance dans le commerce, et deviendra négrier. Dans les îles, il achète de la marchandise et tente de la vendre. Mais celle-ci ne vaut rien. Il est alors endetté jusqu'au cou et ne pouvant rembourser ses dettes, doit fuir pour l'Amérique. Il débarque à New York, y sert comme capitaine, puis remontant peu à peu la pente, décide de devenir à son tour, armateur en louant les bateaux des autres pour faire commerce. Et cela lui réussit. Installé à Philadelphie, il s'enrichit peu à peu, prend la nationalité américaine, assiste à l'indépendance, rachète des docks, des magasins là où d'autres par peur des évènements, vendent à bas prix. Girard en profite pour se marier avec une serveuse, qui, par dépit de ne pas avoir d'enfant, et d'être avec un mari qui ne s'occupe pas d'elle, finira à l'asile.

L'ascension de Stephen Girard, ne cessera alors de croître. Le petit bonhomme qui à 11 ans, avait perdu un oeil, dont le destin semblait tout tracé, fera mentir les pronostics pour devenir l'homme le plus riche des Etats-Unis. 

Robert Mathieu signe là une biographie qui a le mérite de réhabiliter un homme dans l'histoire de son pays d'origine. En prenant le parti pris de se placer dans la peau de ce personnage hors normes, Robert Mathieu donne une hauteur et un aspect plus vivant qu'une biographie lambda, malgré les longues descriptions qui jalonnent et alourdissent parfois la lecture (notamment au début de l'ouvrage).
Un destin étonnant que celui de cet homme, mais qui permet aussi de découvrir tout un pan de l'histoire américaine, celle des premiers émigrants, les hommes politiques d'alors, les français expatriés, la nouvelle bourgeoisie, composée de gens parti de zéro et qui se sont élevés, la vie d'alors, et le commerce de marchandises en proie sur les mers, au bon vouloir des pirates.

 

Extrait :

    Je pose le pied ce 8 juillet sur les quais de Philadelphie par une journée écrasante de chaleur, plus que jamais décidé à atteindre le sommet de la fortune. Pendant mon séjour à New York, j'ai longuement réfléchi sur la meilleure route à suivre pour y parvenir.
    Je n'avais, vous le savez, aucune illusion; rester capitaine de navire conduit à un médiocre destin, et à un avenir limité. Se confiner dans un banal commerce de marchandises autorisés n'élimine pas les risques non payants ; seul le trafic de bois d'ébène demeure encore lucratif, mais pour combien de temps ?
   Je suis bien obligé de constater avec regret, mais lucidité, que ne sont vraiment rémunératrices que les opérations portant sur les denrées interdites, l'opium par exemple, la contrebande, la fraude, et enfin les spéculations sur les produits rares, sur les terrains et sur les immeubles dans les époques de tension politique ou sociale ; nous entrons donc dans une période de guerre, donc particulièrement troublée. C'est une chance pour moi. Il me suffira d'être à l'affût comme un chasseur vigilant. Je vais ouvrir grand mon oeil valide et croyez-moi, rien ne m'échappera !
    Pour débuter, je vais vendre la pacotille que le Jeune-Bébé ramène des Indes ; grâce au blocus des côtes et des ports, elle a certainement acquis de la valeur.
    Ce que je ferai de la part qui me revient ?
    C'est à moi de jouer au mieux !
   Je n'ai aucune idée préconçue.

--------

Vous lisez beaucoup ?
Rendez vos lectures moins onéreuses en profitant des avantages
de la Kindle et d'amazon premium et empruntez des milliers de livres gratuitement.
   

Tags : Stephen Girard, Marin bordelais, banquier américain, philantrope, milliardaire, fondation Girard, Napoleon Bonaparte, Lafayette, Philadelphie, Philadelphia, Girard College, Girard Bank, français émigrés, états-unis, télécharger, livres gratuits, romans gratuits, epub, mobi, pdf

Publié dans Biographie

Commenter cet article