Py Quests : sanctus apostolus

Publié le par ISA-LITTERATURE

Py-Quests--Sanctus-Apostolus.jpeg

 

TITRE : Py Quests : Sanctus apostulus

AUTEUR : J.M. Seybald

NOMBRE DE PAGES : 336
EDITEUR : Editions du Parthénon

 

RESUME :

  Empêtré jusque-là dans sa routine, l'apparition d'un homme tire John Py de sa torpeur : il a douze jours pour retrouver six sages et déchiffrer une énigme.
   Entre suspense et mythologie, J.M. Seybald construit cette saga fantastique avec minutie.

 

AVIS : 

 

    La bataille historique du bien et du mal. Des secrets, des chevaliers modernes, des mystères. Voilà qui avait de quoi donner envie de lire ce livre. Les premières pages ouvertes et je me demande où ce roman va me conduire. John est le héros. La répétition de son prénom à tous les paragraphes me font me demander si l'auteur n'a pas eu peur que l'on oublie le nom principal de son personnage. D'emblée l'écriture me semble lourde. Le présent s'invite à la table et c'est une production de détails qui s'amoncèlent. Le roman démarre, le héros d'aspect terne découvre qu'il fait parti d'une confrérie chevaleresque qui, depuis les temps immémoriaux, tente d'équilibrer le bien et le mal. Il a une mission : retrouver les six sages (en fait quatre, puisque qu'il recontre les deux premières très rapidement) et doit endiguer le mal.

   Est-ce un livre pour adultes ? Sûrement car les ados n'accrocheront certainement pas au langage pompeux qui remplit le livre. Dommage, l'auteur en voulant trop bien faire, trop bien écrire, laissera de côté une partie de lecteurs qui auraient peut-être pu être intéressé par le sujet du livre. Pas assez d'action, trop de bla-bla, trop de longueurs qui pollues la lecture. Celle-ci en devient du coup fastidieuse.

    A moins qu'il ne se rattrape sur les tomes suivants. Ce que je lui souhaite.

 

NOTE :2 étoiles

 

Acheter le livre

 

MOTS CLES/TAGS : Secret - Enquête - Mystère - Critique - Avis -

 

Merci aux Editions Parthénon qui m'ont fait parvenir ce livre gratuitement

 

 

 

 

Publié dans Aventures

Commenter cet article