Au détour d'un livre

Au détour d'un livre

Critiques littéraires, avis, livres gratuits, news. “Quand je pense à tous les livres qu'il me reste à lire, j'ai la certitude d'être encore heureux.” (Jules Renard) -

Le vol du gerfaut, de Jean Contrucci

Le vol du gerfaut, de Jean Contrucci

Résumé :
Jean-Gabriel Lesparres est l'un des plus grands auteurs de son temps. Prix Goncourt, directeur littéraire, membre des plus grands jurys parisiens, il n'a plus rien à prouver à personne... Si ce n'est peut-être à lui-même. Depuis dix ans, il peine à achever son dernier roman, que lui réclame à cor et à cris son éditeur et vieil ami.
Bien décidé à ne pas publier un texte qui ne soit pas à la hauteur des précédents, il décide de se faire voler son manuscrit...

Rentrée Littéraire Janvier
Auteur : Jean Contrucci
Nombre de pages : 235
Editeur : HC Editions
Collection : Roman
Date de parution : 11 janvier 2018
¨Prix : 19€ (Broché) - 14.99€ (epub, mobi)
ISBN : 978-2357203495

 

Avis / Critique : 


Le livre commence par une arrivée à l'aéroport. L'écrivain Jean-Pierre Lesparres guette avec frilosité celui qui doit lui voler sa mallette. A l'intérieur le manuscrit soi-disant écrit en Sicile pendant les vacances. En fait, 250 pages non achevées.
C'est qu'il n'y arrive plus Jean-Pierre. L'imagination tout comme son âge s'est fait la malle. Et puis, il en a assez aussi qu'on prenne sa petite amie de 35 ans pour sa fille. Tout ça l’oppresse. Alors, il monte un coup. Le vol de son manuscrit. Oui, mais voilà, Jean-Pierre n'avait pas prévu les conséquences d'un tel acte...

Jean Contrucci nous régale avec ce roman. D'une part, il nous décrit les affres d'un auteur à succès qui peine à se renouveler ou du moins à croire qu'il ne peut se renouveler et rend très attachant son héros.
D'un autre côté, il nous dépeint l'intérieur des maisons d'éditions et le panier de crabes autocentrés qui se contentent d'éditer par facilité les mêmes auteurs, ou du contenu people servant de machine à cash, oubliant leur rôle premier de découvreur de talent.
C'est aussi et surtout la découverte du monde intérieur d'un écrivain, ici Jean Pierre Lesparres, qui prit par les affres de son contrat, perd les pédales, doute de son talent d'autrefois, fomente un acte illicite qui va le conduire de Charybde en Scylla. La machine, pensée, s'emballe inexorablement et ce qui ne devait être qu'un vol se transforme en cauchemar vivant.
C'est un écrivain qui prend des allures de Gaston Lagaffe du livre que nous fait découvrir Jean Contrucci. Tout ce que Jean-Pierre Lesparres, son héros, touche, tout ce qu'il fait, se retourne contre lui.
Avec ce livre, le lecteur rit, pleure, plaint ce personnage, et se régale des bons mots distillés par Jean Contrucci. Alors quand je dis que le lecteur "rit", bien sûr, il ne faut pas entendre par là que celui-ci va s'esclaffer. Non. Il va surtout se dire "Comment a-t-il pu en arriver là ?" et c'est ce qui est risible... la propension qu'à Jean-Pierre à se noyer dans la mare toujours un peu plus comme si son ange gardien ou sa belle étoile avait décidé de partir ad vitam aertanam en vacances.
C'est aussi une leçon de vie, car ici on voit dans ce roman que c'est une simple pensée au départ qui, transformée en acte, va entraîner toute sorte de conséquences incontrôlables. La boule de neige lancée, elle va se transformer en avalanche.
Un excellent moment de lecture.
Merci à Agnès Chalnot pour nous avoir donné l'opportunité de lire ce livre

 

 

Du même auteur : N'oublie pas de te souvenir

 

___________________________________________________

Extrait

Je restai un long moment silencieux à remuer des idées sombres. Pourquoi ai-je tout à coup éprouvé le besoin de me confier à ce jeune inconnu ? De lui dire ma détresse ? A qui aurais-je pu avouer ça ? A la volaille caquetante qui, tout à l'heure, allait s'abattre sur ma mangeoire ? A mes "chers collègues" qui s'offrirait aussitôt la joie sadique de colporter la nouvelle et se bousculeraient pour achever l'agonisant à coups de talon ?
Non, j'étais seul et désarmé. Je n'avais aucun secours, aucune compassion à attendre des autres. Il n'y a guère que ce jeune homme inconnu pour me prêter une oreille attentive, pour me témoigner une affectueuse admiration.
Je me livrai à lui comme un chien abandonné suit le premier passant venu.
— Je ne suis pas en panne, comme vous semblez le croire, mon cher Manuel. Je serais plutôt en état de constat d'échec.
L'expression lui fit soulever le sourcil. Il ne dit rien, mais son regard exigea des éclaircissements.
— Le manuscrit de Comme un vol de Gerfauts, mon dernier roman - oh ! comme les deux mots prirent un sens particulier ! -, est pour ainsi dire achevé. La parution est prévue pour janvier prochain. Seulement voilà : ce roman ne paraîtra pas. Je veux quitter la scène avant de faire pitié.
Il hocha la tête et ce qu'il me dit me troubla. On aurait dit qu'il avait tout compris de mon désarroi. Comme s'il le partageait, tout en me conseillant de ne pas céder :
— C'est regrettable, mais je salue votre courage.  J'imagine que la décision n'a pas dû être facile... Mais enfin, personne ne peut vous obligé à publier si vous ne voulez pas.
— Non, mais il y a des engagements pris par l'éditeur, les annonces faites...
— Oui, il faut rembourser...
— C'est secondaire. Plus grave est le fait de perdre la face et de la faire perdre à la maison d'édition.
Je ruminai un instant mes idées noires, puis ce fut comme si je lui demandais conseil :
— Je réfléchis à la façon dont je pourrais annoncer la chose, j'ai beau me casser la nénette, je ne trouve pas...
L'expression désuète le fit sourire malgré lui : "Se casser la nénette"... Il devait employer une autre image : "Se prendre la tête" , sans doute.
Manuel demeura de nouveau un long moment silencieux, comme s'il méditait sur ce que je venais de lui dire. Tête baissée, il suivait du regard une colonne de fourmis qui transitait à ses pieds. Il semblait réfléchir à une solution. Quand nos regards se croisèrent, il commença :
— Et si...
— Oui ?
—  Non, rien... Vous l'avez déposé ce manuscrit ?
— Je ne le fais jamais.
— Je suppose qu'il en existe plusieurs exemplaires ?
— Pas encore. Pour l'instant, il n'en existe qu'un et c'est moi qui l'ai. Je ne fais taper le texte que lorsque j'en suis pleinement satisfait. C'est vous dire que je ne l'ai encore confié à personne.
— Pas même à votre épouse ?
— Pas même. Nous partons dans deux jours à Palerme et j'ai promis à mon éditeur de lui refiler le bébé à mon retour.
Manuel me fixa, puis, après un court silence, dit à mi-voix :
— Je pense à un truc idiot. Qu'arriverait-il si vous le perdiez, votre manuscrit ?
Une bouffée de chaleur m'envahit : il y avait pensé, lui aussi...
Cet extrait est tiré de la version broché du roman

Tags : jean contrucci, jean contrucci nouveau livre, Le vol du gerfaut de Jean Contrucci, Le vol du gerfaut Jean Contrucci, jean contrucci dernier roman, jean contrucci bibliographie, jean contrucci livre de poche, jean contrucci epub, jean contrucci le vol du gerfaut epub, jean contrucci fnac, jean contrucci amazon, jean contrucci pdf, ecrivain jean contrucci, le vol du gerfaut, les nouveaux mystères de marseille jean contrucci, ebook gratuits, ebook gratuit jean contrucci, jean contrucci epub, jean contrucci pdf, jean contrucci livres, jean contrucci livre, télécharger livres jean contrucci, télécharger jean contrucci ebooks, téléchargement ebooks gratuits, téléchargement epub gratuit, HC Editions,  Le meilleur site de critiques de livres sur le net, audetourdunlivre.com, critiques de livres, blog littéraire, blog de littérature, les meilleures critique de livres, le site des critiques de livres, les meilleurs avis de livres sur le net

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article