Au détour d'un livre

Au détour d'un livre

Critiques littéraires, avis, livres gratuits, news. “Quand je pense à tous les livres qu'il me reste à lire, j'ai la certitude d'être encore heureux.” (Jules Renard) -

Tous les hommes désirent naturellement savoir, de Nina Bouraoui

Tous les hommes désirent naturellement savoir de Nina Bouraoui-audetourdunlivre.com

 

Résumé : "Tous les hommes désirent naturellement savoir" est l'histoire des nuits de ma jeunesse, de ses errances, de ses alliances et de ses déchirements. C'est l'histoire de mon désir qui est devenu une identité et un combat. J'avais dix-huit ans. J'étais une flèche lancée vers sa cible, que nul ne pouvait faire dévier de sa trajectoire...

Rentrée littéraire septembre 2018
Auteur : Nina Bouraoui
Nombre de pages : 256
Editeur : JC Lattès
Collection : Littérature française
Date de parution : 22 août 2018
Prix : 19€ (Broché) - 13.99€ (epub, mobi)
ISBN : 978-2709660686

_______________

Avis / Critique :

Nina Bouraoui poursuit son introspection en parcourant les années de sa jeunesse en Algérie jusqu'à l'âge de 14 ans et les premières passées à Paris et à Rennes.
Le livre se divise donc en deux parties avec un saut de l'une à l'autre.
Ces pensées, ces observations partagées sur une page ou une demie-page permettent une lecture rapide et fragmentée.

Les évocations de Nina Bouraoui nous entraînent dans les pensées de la jeune fille qu'elle a été entre drames qui vont la voir, elle et sa famille, quitter une Algérie citronnée et en proie à la montée de la religion ou de la chasse aux pieds-noirs, et son interrogation sur sa sexualité et ses premières relations amoureuses.

C'est l'amour d'une terre perdue, l'Algérie, où elle parcoure tel un garçon manqué les dunes, les paysages en compagnie de son ami Ali. Ce sont les moments partagés avec sa sœur dans cette même Algérie ; le manque de ses parents, toujours partis, la découverte de ses grands-parents bretons ; l'évocation de l'histoire de sa mère, des souvenirs de la Seconde Guerre mondiale ; les premiers pas à Paris ; les premiers pas au Kat, le club lesbien de la capitale et les premiers émois de Nina.

La plume est belle, un tantinet poétique, simple, sans ambages, juste et vraie.
Cet ouvrage nous emmène dans ses secrets, dans ses pensées et on se plaît à s'y laisser entraîner.
Avec ce roman, Nina Bouraoui nous enchante sans pour autant révolutionner le genre. A la fin de la lecture, on se dit qu'on aurait bien continué à partager avec elle ses instants de vie.
 

 

_____________________

Extrait :

Se souvenir

 

Je n’oublie pas d’où je viens, les falaises de la route de la corniche, la palmeraie de Bou Saada, les sentiers de Chréa, les roseaux avant la plage, les néfliers que j’escaladais, me hissant au-dessus du monde, mes dents déchirant la chair des fruits sur leurs branches, envahie par un plaisir que je ne me lassais pas de chercher.

Je sais le trajet de la place d’Hydra jusqu’à la Résidence où nous habitions, l’immeuble Shell construit dans les années cinquante pour les pétroliers français de la compagnie Total.

Je sais les maisons, les rues qui montent, les virages, le plus grand avant l’ambassade de France, la guérite du gardien, les parpaings des parkings extérieurs, la cabine de l’ascenseur qui glissait le long d’un mur vert foncé avant d’atteindre l’étage, les escaliers en faux marbre, la rampe en fer forgé noire, le carrelage au sol, les tapis qui le recouvraient, l’arc de cercle des bâtiments alignés en ordre croissant, inspirés de Le Corbusier.

Je ne sais plus le nom des rues, noms français puis arabisés vers le début des années quatre-vingt, celui des voisins, des familles, je garde la mémoire des matériaux, des formes, des couleurs, de tout ce qui reconstitue un décor sans ses habitants, la cité fantôme.

À Alger, ma famille m’apparaît comme une entité, unique et ramassée. Nous n’avons besoin de personne, nous nous suffisons à nous-mêmes, ma sœur dans sa chambre, ma mère sur le balcon, le chat à ses pieds, mon père classant ses dossiers. Les meubles et les objets sont à leur juste place, à l’image des êtres qui les utilisent.

Je traverse l’appartement comme si j’étais à l’intérieur d’un tableau ou de la tapisserie que l’on a fixée au mur du salon et qui représente des femmes lascives au bord d’une rivière, des angelots à leur côté, des fougères et des peupliers.

Je ressens dans ma chair le bonheur, ses ondes, je peux le quantifier, cela arrive quand nous sommes tous réunis.

Un tel bonheur ne peut être réel ou ne saurait durer, il faudra payer de sa personne pour en avoir profité.

____________________________

Tags : Tous les hommes désirent naturellement savoir, tous les hommes désirent naturellement savoir nina bouraoui, tous les hommes désirent naturellement savoir bouraoui, tous les hommes désirent naturellement savoir de nina bouraoui, tous les hommes désirent naturellement savoir de nina bouraoui extrait, tous les hommes désirent naturellement savoir de nina bouraoui avis, tous les hommes désirent naturellement savoir de nina bouraoui epub gratuit, tous les hommes désirent naturellement savoir de nina bouraoui amazon, tous les hommes désirent naturellement savoir de nina bouraoui pdf, tous les hommes désirent naturellement savoir de nina bouraoui ebook gratuit, dernier livre nina bouraoui, nina bouraoui tous les hommes désirent naturellement savoir, nina bouraoui livres, nina bouraoui tous les hommes, nina bouraoui amazon, nina bouraoui actualité, nina bouraoui critique, nina bouraoui avis, nina bouraoui fnac, nina bouraoui epub gratuit, nina bouraoui ebooks gratuits, Le meilleur site de critiques de livres sur le net, audetourdunlivre.com, critiques de livres, blog littéraire, blog de littérature, les meilleures critique de livres, le site des critiques de livres, les meilleurs avis de livres sur le net

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article