Au détour d'un livre

Au détour d'un livre

Critiques littéraires, avis, livres gratuits, news. “Quand je pense à tous les livres qu'il me reste à lire, j'ai la certitude d'être encore heureux.” (Jules Renard) -

Président cambrioleur, de Corinne Lhaik

Président cambrioleur, de Corinne Lhaik

 

Résumé : « Les Français ne savent pas qui je suis. » Emmanuel Macron se plaint souvent de ne pas être compris. Ce livre est une enquête critique au cœur de sa personnalité, de son parcours, de sa manière de gouverner. Le huitième président de la Ve République s’est construit sur la transgression personnelle, familiale et politique. Son audace, son courage, son goût du risque peuvent fasciner. Ce président cambrioleur, on l’admire plus qu’on ne l’aime. On le hait plus qu’on ne le déteste.

Titre : Président cambrioleur
Auteur : Corinne Lhaïk
Nombre de pages : 342
Édition : Fayard
Date de parution : 25 novembre 2020
Prix : 20.90€ (Broché) - 14.99€ (epub) -
ISBN : 978-2213716480

__________

Avis / Critique :

 

L'un des meilleurs livres écrits sur Emmanuel Macron et les coulisses du pouvoir, de celui qui a fondé En Marche et qui a percuté les cartes du jeu politique. Tous les sujets sont brassés sous la plume de Corinne Lhaïk et de son personnage, homme caméléon du En Même Temps qui voudrait faire plaisir à tous et ne froisser personne. Car voilà ce que l'on retient majoritairement de ce livre : une envie de faire plaisir, de charmer, mais de ne pas trancher vraiment dans le vif.
Emmanuel Macron est un séducteur et tel le séducteur, il a besoin de se faire aimer de tous et veille alors à se montrer aimable et quand les alliances se délitent, il n'hésite pas à revenir à l'assaut par l'intermédiaire d'un SMS qui ramène la brebis dans son troupeau.
Macron se voit-il comme un berger qui veut conduire le troupeau France dans la vague du monde ? Peut-être. Mais n'est pas berger qui veut et le peuple n'est pas un troupeau qui accepte de partir en transhumance deux fois dans l'année...

On retient donc de ce livre, un Emmanuel Macron bien plus humain quand il est seul que l'image qu'il peut donner à voir à la télévision où dans ses déplacements et allocutions. Cependant, c'est aussi un président qui est façonné doublement entre son sentiment d'appartenir à l'Ancien monde (par ses lectures, ses références) et à la I-tech (avec son envie de voir une France startupeuse et une Europe première puissance). Double, il l'est tel Janus, dominateur, opportuniste, mais aussi coopérateur.
C'est aussi un homme qui papillonne, écoute, prend les idées des autres pour finir par les faire siennes.
L'homme est assez narcisé sous les lignes de Corinne Lhaïk. Il est brillant, il le sait, il veut tout faire tout seul, les autres n'étant pour lui pas au niveau, fait mine de demander, de consulter, mais finalement créé de la frustration chez les uns et les autres dont ses proches. Et c'est cette image que les Français perçoivent, ce reflet qui pointe dans un miroir où Macron nous revient froid, distant et hors-terrain qui choisit sa posture en fonction de la tournure des évènements. Il croit à la méritocratie, à l'élite, à la réussite par l'effort d'où cette idée de cordée, mais oublie qu'il faut donner le souffle, l’essor, pour entrainer ceux qui ne sont pas en haut pour les aider à grimper.

C'est aussi un homme courageux que dépeint Corinne Lhaïk qui n'hésite pas à aller au contact de ceux qui le fustigent, tel cet homme dans les jardins des Tuileries ou les infirmières en Alsace. Sur le moment, il est compréhensible, charmeur, il croit, il entend, il est plein d'empathie, il est sincère, mais les affaires le rappelant, tout ce qu'il a entendu se perd et l'homme repart dans les méandres du pouvoir qui le dévore à nouveau.
Seule, finalement sa femme parvient à accéder aux deux faces de cet homme complexe qui ne peut vivre sans elle et elle sans lui. Les deux se connaissent parfaitement, ne font presque qu'un, forment une entité de laquelle les autres sont complètement exclus.

Que retient-on de ce livre et d'Emmanuel Macron en refermant ce livre ?
Que voici un homme qui se rêvait écrivain, mais qui a choisi la voie la plus attractive pour lui : la politique... D'un homme complexe, charmeur, dominateur, parfois aux accents autocrate, double, qui a un dessein pour la France, mais se perd dans le regard des autres en voulant plaire à tout prix, sauf aux principaux : le peuple.

Ce livre se lit facilement, comme un roman. Il est vraiment très instructif et permet d'accéder aux coulisses du parcours, du pouvoir, du caractère d'un homme finalement diablement ambivalent.
 

 

 

__________

Extrait :

Prologue

Le lundi 31 août 2020, Emmanuel Macron atterrit au Liban. Il tient une promesse faite aux Beyrouthins, lors d’une première visite, le 6 août, deux jours après l’explosion qui a ravagé leur ville. Mais il vient de perdre une bataille. Durant le week-end, il a tout fait pour persuader sa femme, Brigitte, de l’accompagner. Deux jours sans elle, c’est long, il plaide, il insiste, il agite tous les ressorts de sa conviction, il sait y faire.

En vain. Brigitte Macron refuse. Elle se sent gênée de débarquer dans un pays en souffrance sans soins, sans nourriture, sans logement. Elle ne veut pas jouer Marie-Chantal dans les ruines. Elle viendra après, avec sa Fondation pour l’hôpital, pour se rendre utile.

Elle refuse pour une autre raison. Autant son mari la presse de se joindre à lui, autant son entourage… Comment dire ? La cellule diplomatique de l’Élysée, à la manœuvre dans le déplacement, lui a demandé la veille seulement si elle venait. Tu parles d’une invitation ! La prochaine fois, ils préviendront plus tôt.

Les Français savent le lien qui unit le président à sa femme. L’épisode libanais en montre la puissance. Emmanuel Macron est un homme forgé par sa relation avec deux personnes qui accaparent le spectre de ses affects. Sa grand-mère, Germaine Noguès, dite Manette, et sa femme, Brigitte. Il est un petit garçon de cinq ans qui décide de vivre chez la première. Il est un jeune homme de moins de dix-huit ans qui assume d’aimer une adulte de vingt-quatre ans son aînée et de faire sienne la famille de celle-ci. Cette double transgression donne une idée du tempérament du jeune Macron – il choisit sa vie – et lui assure une base arrière indestructible. Il peut voler très loin, on l’attend toujours à la maison. Il peut rester seul, il n’a besoin de personne, sauf de cet amour indéfectible.

Manette est morte en 2013, mais reste une figure vivante qu’il interroge en permanence. Il n’est pas de jour où il ne pense à elle, où il ne cherche son regard. Que dirait-elle de son petit-fils président ? Elle trouverait les attaques injustes, elle aurait même du mal à comprendre les simples critiques, elle vient d’un temps où cela ne se faisait pas.

Aujourd’hui, la case de l’intime est occupée par Brigitte, ses trois enfants et ses sept petits-enfants. Elle est suffisamment solide pour éviter à Emmanuel Macron de s’encombrer de sentiments vis-à-vis du monde extérieur. Elle lui donne cette liberté de séduire, en restant toujours maître du jeu. Elle fait de lui un homme à hommes qui repère et charme tous ceux qui peuvent lui être utiles. À ce jeu-là, les femmes sont rares, il y en a très peu dans les mondes de Macron.

C’est lui qui donne le la. Il tient l’élastique, le tend ou le distend, en fonction de ses intérêts. Un François Bayrou, un Philippe de Villiers, tous deux anciens ministres de François Mitterrand, tous deux anciens candidats à la présidentielle, retrouvent auprès de lui des morceaux de pouvoir par procuration.

Le goût de la séduction ouvre la porte à d’autres questions. Jamais on ne s’est demandé si de Gaulle aimait les gens, si Giscard était sincère ou si Mitterrand avait des amis. Soit on le savait, soit on s’en moquait. Avec Emmanuel Macron, l’affect est devenu un sujet politique. L’époque a changé, elle donne davantage de place à l’hémisphère de l’émotion qu’à celui de la raison, aux comportements plus qu’aux idées. Le personnage a changé qui n’est plus un président blanchi sous le harnois des combats électoraux, mais un blanc-bec, tout neuf, tout propre, qu’on admire plus qu’on ne l’aime, qu’on hait plus qu’on ne le déteste.

« Les Français ne savent pas qui je suis. » Emmanuel Macron se plaint de ne pas être compris. Le décalage entre ce qu’en disent ses proches, qui le voient avec les yeux de Chimène, et ce qu’en perçoivent nombre de Français est abyssal. C’est presque normal. Il y a une posture publique et un comportement privé.

Plus révélateur du tempérament présidentiel, ces mêmes proches varient. Outrageusement laudateurs quand ils sont bien en cour ; critiques, quand l’air des cimes présidentielles se raréfie pour eux. Il en est des courtisans comme des amoureux, euphoriques ou dépités, selon que l’objet de leurs sentiments est accessible ou pas. La séduction absolue entraîne une déception du même ordre.

Les cambrioleurs ne laissent pas d’adresse. Alors Macron va, court et vole, prenant les idées, les chemins et les traverses des autres. Il entre par effraction dans le train-train de l’alternance gauche-droite. Pas très difficile, la porte était 

vermoulue. Il flirte avec l’imaginaire de droite, pille les totems écolos, va fouiner dans le logiciel républicain pur et dur. Il est brillant, il est seul, c’est ce qu’il veut, il s’épanouit à tout faire, il va pêcher lui-même, il consulte, il écoute, il ne retient pas grand-chose. Il crée de la frustration.

Ses danses du ventre sont si enveloppantes qu’elles enferment le personnage lui-même. Elles lui ont permis la conquête. Elles projettent un doute permanent sur sa sincérité. Parce que avec lui, ce mot se décline au pluriel. Il est l’homme de sincérités successives, ressenties à l’instant où elles sont exprimées, contradictoires à force d’être multiples : quand est-il vrai ?

La séduction est efficace dans le tête-à-tête. Emmanuel Macron voit assez bien à qui il a affaire, il est expert en détection des passions humaines. Parfois, elles sont tellement évidentes que le jeu n’est pas bien compliqué. Parfois, il tombe sur un coriace. Ministre de l’Économie, il veut rencontrer Philippe Martinez qui devient secrétaire général de la CGT en février 2015. Macron propose à Martinez d’aller visiter une usine ensemble. « Vous ne commencez pas dans la bonne direction », rétorque le syndicaliste. Le ministre insiste beaucoup. « Il voulait qu’on aille voir les Ateliers de construction du Centre, spécialistes de la rénovation de voitures SNCF, RATP. Il voulait sa photo avec moi. Il y est allé tout seul », raconte Philippe Martinez cinq ans plus tard.

Les coriaces ne portent pas toujours de moustache. À l’automne 2016, Luc Besson organise un dîner dans le décor de Valérian, film de science-fiction qu’il est en train de tourner. Des créatures hautes de trois mètres (des acteurs) évoluent, dans le vaisseau spatial, entre plusieurs tables d’une dizaine de personnes. À l’une d’elles, Emmanuel Macron, avec Nicolas Hulot, et Jamel Debbouze. Scène de la vie parisienne. Le candidat lance une opération reniflage auprès de l’écologiste. Il entreprend Hulot, lui fait du rentre-dedans. L’autre se montre intéressé, tout en se faisant désirer. Son meilleur rôle. On parle aussi banlieues et Macron se lance dans un discours formaté, sur la formidable énergie de ses jeunes habitants. Jamel lui coupe le sifflet : « Écoute, monsieur le ministre, tu vas fermer ta gueule. » C’est dit sur le ton de la blague, mais l’apprenti ès quartiers est renvoyé dans ses buts.

 

 

_______________

Livres Corinne Lhaik, livres gratuits, romans gratuits, corinne lhaik, corinne laik, président cambrioleur, epub gratuit, mobi gratuit, pdf gratuit, trouver des livres gratuits, avis de livres, critiques de livres, meilleurs livres, meilleurs sites de livres, meilleurs blogs de livres, blog de livres, meilleures ventes livres 2019, télécharger bd pdf gratuit, roman pdf gratuit, roman pdf, romans à télécharger, bande dessinée pdf

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article